Vendre son âme

Publié le 6 Mai 2014

Je ne chercherai jamais rien à vous vendre ici, par contre, si un jour ma prose vous donne envie de faire votre expérience d’un jeu alors je serai riche d’un grand sentiment de satisfaction.

Un blogueur jeux vidéo qui se rêve en influenceur de foule

Repost 0
Commenter cet article

Greg Armatory 06/05/2014 20:34

ça c'est un discours qui me parle...peut-être parce que j'ai le même lol
en tout cas pour ma part tu as déjà été d'une grande et bonne influence et pas forcément pour des jeux d'ailleurs
et j'en profite pour exprimer une pensée mise (trop longtemps) de côté : par exemple pour Lightning Returns je trouve que même si le concept du temps limité peut rebuter et qu'on est pas friand des JRPG (comme moi) tu vends très bien le jeu, tu piques la curiosité et tu expliques très bien où réside l'intérêt

Mémoire de joueur 07/05/2014 13:34

Je crois que dès le départ quand j'ai lancé ce blog j'ai toujours parlé de critique de jeux vidéo et non de test. Parce qu'à part sur Hell Yeah où je m'étais amusé à parodié la forme "test de jeu vidéo" je ne fais jamais de test. D'ailleurs ma rubrique c'est toujours appelée Critique - jeux vidéo et pas autrement.

Je suis donc d'accord, il faudrait pouvoir imposer la critique de jeu vidéo comme une forme à part entière, complémentaire des tests. Par contre je ne crois pas que la passion soit une notion à prendre en compte, enfin elle est nécessaire à n'en pas douter, mais ce n'est pas la passion qui fera une bonne ou une mauvaise critique. À mon avis ce qu'il manque au jeu vidéo pour que ces critiques soient reconnues en tant que telles, ce n'est ni la passion ni les intentions mais c'est un "appareil critique". Tu dis justement que l'on a tendance à utiliser les mêmes mécaniques que pour la critique de cinéma, mais je pense que c'est problématique parce que les jeux vidéo et le cinéma n'ont pas les mêmes moteurs, les mêmes logiques, les mêmes formes, les mêmes ambitions, etc.

Il nous faut donc construire un ensemble de pensées, de références culturelles, de mécaniques critiques qui soient propres à l'analyse du jeu vidéo dans ses enjeux et dans formes. Bien sûr que cela s'inspirera forcément des autres formes critiques, mais il faudra parvenir à faire émerger sa singularité pour qu'elle acquière de la crédibilité.

Greg Armatory 07/05/2014 13:32

pour le rédac je crois que c'était plutôt Dinowan, "j'ai la mémoire qui flanche..."

Greg Armatory 07/05/2014 13:18

Apparemment on doit en être au même point. On commence à récolter ce qu'on a semé.

Pour le jeu vidéo effectivement il y a encore une étape à atteindre. Déclarer déjà de manière officielle le jeu vidéo comme art, même si ce n'est sans doute pas le meilleur argument pour ce faire, il est quand même de notoriété publique qu'il est devenu plus important que le cinéma à tous points de vue, c'est le n°1 ! On voit test par-ci et test par là et c'est justement un article très pertinent de Logan, rédac jv.com, qui m'a bien mis la puce à l'oreille. Pourquoi ne dit-on pas critique de jeu dès lors qu'on reprend les mêmes mécaniques, la même intention et surtout une passion similaire que pour les critiques de films ? c'est ce qui m'a convaincu de rebaptiser mes propres tests critiques et je pense que tous ceux qui font ça sérieusement, avec suffisamment de profondeur, toi au hasard, devraient prendre cette habitude, c'est en notre pouvoir d'élargir la perception à ce sujet.

Ce qui me permet de faire une transition avec le dernier point que tu soulèves. Je pense que la meilleure façon de parler de soi est de le faire de manière indirecte, implicite par le biais d'un article qui à première vue n'est pas personnel. Je me rends compte que c'est ce que je fais régulièrement même dans une critique de film. On parle avec sa sensibilité, son expérience de manière générale et si une critique plait et fait réagir c'est aussi parce qu'on a donné de soi. Plus qu'on ne l'imagine et plus que ne l'imagine peut-être les lecteurs.

Mémoire de joueur 07/05/2014 12:15

Sur ce blog là je n'ai pas trop à me plaindre, même si certains articles se trouvent encore parfois orphelins de réaction je reçois quand même des commentaires ; mais bien moins que de lectures et fort heureusement parce que si nous avions une centaines de commentaires par jour il nous faudrait une rédaction pour les modérer et y répondre. Au bout de trois ans disons que le blog s'approche de ce qui pourrait être un équilibre.

Mon grand mystère c'est sur mon autre blog, celui que je tiens quotidiennement depuis presque 5 ans et qui peine à dépasser les 5 visites par jours et qui reçoit quasi aucun commentaires, là est mon mystère ET ma frustration. Enfin, je sais aussi que c'est une question d'intérêt, tout comme il y a plus de réactions à une critique de film qu'à une critique de jeu vidéo - ce qui me fait penser à une question ; est-ce que les gens et les consommateurs sont habitués à la critique de film sous entendu à débattre de son intérêt mais ne le sont pas pour le jeu vidéo parce qu'ils n'admettent pas que l'on puisse en débattre parce que c'est pur produit de consommation comme les sodas ou les burguers ? - j'admets qu'un blog personnel et vaguement littéraire où je me force à publier tous les jours, donc pas toujours des articles de qualités n'intéresse presque personne. Ainsi va la vie du blogueur.

Greg Armatory 07/05/2014 10:13

Je suis bien placé pour savoir que laisser des commentaires, un témoignage, une trace, est important pour un auteur. Si on avait autant de coms que de lectures...mais avoir trop de coms n'est pas bon non plus, faut un juste milieu, sur mon blog je commence à l'avoir ça a mis quelques années, je te souhaite la même chose si ce n'est pas déjà le cas.