C'est l'année de tes 20 ans ; vingt printemps ou presque c'est parfait, je vais pouvoir coucher avec toi sur la banquette arrière d'une bagnole de course sans risquer de finir en prison ... quelle bonne introduction parce que je veux justement parler du jeu où la police erst là pour t’arrêter et où il y des bagnoles de courses ; oui je veux parler de Need for Speed parce que Twitter vient de m'apprendre que nous sommes dans l'année de ses 20 ans.

Alors bon anniversaire Need for Speed et pardon pour l'adaptation au cinéma, tu ne méritais pas cela. Je t'assure que passer à l'âge adulte ce n'est pas censé être cela, la vulgarité du cinéma mainstream et le plagiat d'une série de films - tu le sens mon oxymore - qui lui-même plagiait l'esprit de ton jeu. Rassure-toi Need for Speed, moi je t'aime depuis longtemps et je te pardonne tout. On ne va pas se mentir, je t'aime depuis les débuts, je parle de tes débuts parce qu'à mes débuts tu n'existais pas - et là j'en prend une grosse de claque dans la gueule, parce que si le jeu à 20 ans cette année ça veut dire que je ne les ai plus mes 20 ans ... -.

Tu te souviens ? On roulait comme des fous et on fuckait la police le son à fond dans l'autoradio - qui à l'époque devait être à K7 même si le jeu était sur CD -. Les gens croyaient que c'était du pilotage d'arcade, mais ils ne se rappellent pas comme il fallait être un esthète du bitume pour tenir tête aux dernières courses des classes A, résister aux rivaux et à la police, c’était on pilotage sur le fil où il fallait être concentré à 200 % et réactif tout autant et c’est ça qui faisait tout le sel de ton jeu. Je n'étais qu'un petit con, je voulais passer mon permis et j'avais, je t'assure, un sentiment de liberté et de transgression en jouant avec toi. Et puis l'année d'après quand on jouait les gendarmes ou les voleurs tu te souviens comme c'est bien ?

Need for Speed II, Need for speed III, c'était le climax de ma passion pour toi, tu as dès le début de notre rencontre placé la barre très haute, le fun, la beauté, l'originalité, la liberté, la transgression, t'étais badass sans le savoir et j'aimais ça, cela me donnait la sensation d'être un rebelle de jouer avec toi. Mais tout cela date un peu ... et depuis ce temps révolu je suis souvent déçu pour ne pas dire toujours quand j'essaie de te retrouver. Tu t'es ouvert au monde des mondes ouverts, au tuning et même à de la narration, tu as laissé filer l'esprit rebelle pour devenir une poule de luxe aux œufs d'or. Désolé de te le dire Need for Speed mais tu as perdu quelque chose en 20 ans même si tu as su passer les générations, il manque un truc, ce je-ne-sais-quoi qui faisait ton sel. Peut-être qu'avec 20 jeux sortis en 20 ans sur à peut près tout les supports possibles et inimaginables tu as doucement dilué nos intérêts. En tout cas le mien oui.

Mais que veux-tu, je suis un homme fidèle à ses premières amours et tu en fais partie. Alors, je te souhaite un bon anniversaire, une belle vingtième année mon vieux.

Dans Need of Speed on était quand même toujours là pour crier haut et fort "nique la police !!!"
Dans Need of Speed on était quand même toujours là pour crier haut et fort "nique la police !!!"
Dans Need of Speed on était quand même toujours là pour crier haut et fort "nique la police !!!"
Dans Need of Speed on était quand même toujours là pour crier haut et fort "nique la police !!!"

Dans Need of Speed on était quand même toujours là pour crier haut et fort "nique la police !!!"

Retour à l'accueil