Faut-il tout plaquer et s'installer sur Facebook ?

Publié le 3 Février 2015

On a tous écrit cet article un jour quand blogueur, on remet en question la raison d’être de son blog. Cet article c’est à mon tour de l’écrire, me remettre en question et mettre en réponse, en hypothèse de réponse et en réponses hypothétiques ma perspective d’écriture.  

Le jour où le blogueur de jeu vidéo se pose la question de l’avenir de son blog c’est une étape critique, un classique. Le blogueur cuisine peu envisager de faire de la télé et des livres de recette. Le blogueur mode peut se retrouver au premier rang des défilés à faire semblant de décider de la tendance. Le vidéo-blogueur peut passer chez Canal Plus et rentrer dans le rang. Mais nous ? Nous autres blogueurs de jeux vidéo quelles perspectives avons-nous ? Continuer de jouer les hommes sandwich pour les agences de communication 2.0 et puis après ?

À quoi bon le blog ? Qu’est-ce qu’il apporte le blog aujourd’hui ?

Aujourd’hui le blog est devenu une forme consensuelle formatée et formatante. Et puis ça me semble de plus en plus éloignée des lecteurs, c’est en tout cas de plus en plus éloigné de moi en tant qu’auteur. Parce que je ne blogue pas pour être blogueur et c’est là le problème, je blogue pour être auteur, et critique, et penseur mais avant auteur parce que c’est ça me fait bander. Je blogue pour bander, je blogue pour cela ; égo triper à croire que les jeux vidéo sont une matière suffisante pour gonfler l’égo de ma plume et produire de l’art littéraire.

Souvent, dans la phase classique et critique du doute du blogueur qui se remet en question, il y a cette façon de dire que l’on n’a plus le temps pour ça, que la vie réelle prend trop de temps et que l’on n’a plus assez d’espace libre pour jouer et pour bloguer ; c’est l’appel de la femme, des enfants, du travail, comme si l’acte de bloguer sur le jeu vidéo était une activité de célibataire sans emploi. Mais vous savez comme moi que c’est faux. Et surtout ce n’est pas mon cas, ce n’est pas ce qui me hante et me pousse à hésiter sur la suite à donner à mon blog. C’est réellement plus pragmatique et fondamental. Mon blog a-t-il encore du sens ? Une raison d’être. Pas en tant que passion ou que passetemps mais en tant que forme numérique et littéraire du XXI ème siècle. J'ai le fantasme d'un lieu-dit de l'écriture participative où l’on pourrait éprouver l’échange comme une valeur effective, et puiser dans la masse des autres l’intérêt de réagir et de construire une pensée - originale -. Un blog c’est le royaume de la pensée à vide, la pensée narcissique.

J’ai découvert au hasard d’un de mes comptes fake que Facebook recèle un certain nombre de comptes, de groupes et de pages à intérêt littéraire assez fertiles où une forme de stimulation intellectuelle semble agir. Et si c’était ça le futur ? Ce vieux futur présent dans mon Facebook depuis des années que je ne savais voir ? Tout y est plus brut en terme de forme, mais c’est assez stimulant d’être aux contacts des autres et d’agir, réagir et su réagir, surgir les uns sur les autres. Et si c’était cela que je cherchais ? Peut-être que je pourrais transférer cet écosystème stimulant aux jeux vidéo et contaminer ma pauvre page Facebook de cette verve. À moins de créer un groupe … Dans tous les cas à espérer une interactivité stimulante pour éviter de scléroser sa pensée, autant essayer de poser sa plume au cœur du maelström.  

Je pense sérieusement à faire migrer mes pensées de blogueur de jeu vidéo sur Facebbok, moins d'écriture et plus de produit littéraire brut. Twitter est restreint par la taille, le blog par son audience et sa bourgeoise mais si Facebook offre une misère de mise en page il y a un potentiel latent quelque part en son sein. Ou alors partir à la conquête qu'une communauté sur Tumblr, ou Facebook, conquérir un monde creux. De toute façon il n’y a rien à perdre.

Sinon je peux rester là et continuer comme avant. Je crois que de jouer à la PS3 et d'éprouver un sentiment d'être passé de mode me conduit à remettre en question ma pratique. Joueur, consommateur, blogueur, acteur, qui sommes-nous réellement ? Où écrire réellement ? Où écrire pour être lu par autre chose que ceux qui font comme nous ? Et si nous étions tous prisonniers des autres ? Et si la seule perspective qui puisse me paraître crédible c'était le papier, de produire un livre, de livrer un objet concret et palpable, un fanzine produit avec la déviance de mon cerveau et les moyens offerts par l'ère moderne. N'est-ce pas là un devoir ? Suis-je capable d'écrire autre chose que des articles avec des questions sans réponses ? Dois-je jouer à des nouveautés pour ré éprouver la légitimité de tenir un blog ? Faut-il que je parvienne à pondre des critiques de génie pour reprendre du plaisir à une forme blog ? Suis-je un génie ? Sommes-nous des génies ? Sommes-nous en mesure de laver sans frotter ? Et ailleurs, si l'herbe est plus verte, qu'en est-il de la verve ? Le geek est-il responsable de quelque chose ? Combien de fois vais-je changer le titre de mon blog ?

Un jour vais-je savoir ne pas illustrer mes artciles ?

Un jour vais-je savoir ne pas illustrer mes artciles ?

Rédigé par Mémoire de joueur

Publié dans #Chronique de joueur, #Réflexions d'un joueur, #Racolage

Repost 0
Commenter cet article