Wyrmwood, un Mad Max low cost sauce série B

Publié le 10 Décembre 2015

Wyrmwood, un Mad Max low cost sauce série B

Et pendant ce temps là en Australie ... pluie de météorites, épidémie de zombies et routes sauvages pour un petit film indépendant assez loin dans l’ampleur de l’ombre de Mad Max mais solide et honnête dans les ornières glorieux du film de zombie. Je ne sais pas d'où est sorti Wyrmwood alias Road of the dead, mais nous avons là une très bonne série B largement au dessus de la série Z. C’est un film qui offre au spectateur tout ce qu'il est venu chercher, c'est-à-dire des zombies, du gore, de l'action, une petite dose d'humour et une héroïne plutôt salement sexy. Réalisé avec trois bouts de ficelles, quelques morceaux d'os et du jus de cerveaux le film fonctionne grâce à son énergie et ce qui me semble être son amour (et son respect) du genre.

Avec ces deux ou trois idées rafraîchissantes, notamment le principe du zombie carburant (une idée judicieuse en ces temps de COP21) et le rôle réjouissant tenue par la sœur du héros incarnée par Bianca Bradey diablement sexy en version low-cost de la Furiosa de Mad Max ainsi qu’une galerie de portraits de seconde zone assez amusants et des décors australiens qui ont le mérite de plaire à ma rétine, le film évite l'écueil de la redite. On peut toute fois se demander quelle est la part d’inspiration / hommage / plagiat du petit frère vis-à-vis de son grand frère quand on voit la place de ce personnage féminin plutôt badass et la manière d’utiliser les zombies en se branchant dessus un peu comme War Boy se branchent à leurs globulars. Mais rapidement on s’en fout, le film est frais, fun et le cocktail low-cost / sens du rythme nous offre un pur divertissement régressif.

On sent que les décorateurs, les maquilleurs, les accessoiristes se sont amusés à créer quelque chose avec peu de moyen et le résultat, parfois brut de décoffrage, vivre d’une énergie contagieuse. Wyrmwood n’est pas un film n'est pas léché, l'image n’y pas toujours épique et les dialogues passent souvent au second plan, voir à l'arrière plan, malgré tout le film reste jubilatoire et c'est ce que l'on demande à un film de zombie. Qui plus est, le côté petit budget, l'aspect parfois low-cost donne un côté do it yourself qui confère quasiment un effet de réalité. Bref une dernière fois, j'ai passé un bon moment qui me donne envie d’attendre la prochaine invasion de zombie avec ma machette et mon plante clous pneumatique …

Et tout comme dans Mad Max je trouve que Brooke, la soeur du héros a bien plus de charisme que son frère héros masculin de son état

Et tout comme dans Mad Max je trouve que Brooke, la soeur du héros a bien plus de charisme que son frère héros masculin de son état

Costume à la roots, maquillage de zombies et personnage secondaire joyeusement barré ; si vous aimez la série B vous trouverez votre bonheur
Costume à la roots, maquillage de zombies et personnage secondaire joyeusement barré ; si vous aimez la série B vous trouverez votre bonheur
Costume à la roots, maquillage de zombies et personnage secondaire joyeusement barré ; si vous aimez la série B vous trouverez votre bonheur

Costume à la roots, maquillage de zombies et personnage secondaire joyeusement barré ; si vous aimez la série B vous trouverez votre bonheur

Avouez que ça donne envie.
Avouez que ça donne envie.
Avouez que ça donne envie.
Avouez que ça donne envie.

Avouez que ça donne envie.

Non les zombies ne puent pas de la gueule, ils exhalent du carburant !
Non les zombies ne puent pas de la gueule, ils exhalent du carburant !

Non les zombies ne puent pas de la gueule, ils exhalent du carburant !

Et bien sûr un second rôle aborigène !

Et bien sûr un second rôle aborigène !

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Critiques - Film, #Illustrations, #zombies, #Série B, #film

Repost 0
Commenter cet article