Et j'achète encore des jeux PSP

Publié le 16 Juin 2016

Parfois les choses se passent. En fait toujours les choses se passent, mais parfois elles deviennent signifiantes ; en tout cas toujours les choses se passent et parfois on parvient à desceller en elles de la signification. Nous étions juste parti faire les courses un vendredi parce que le samedi les zones commerciales sont des postes avancés de l’enfer. Et comme nous passion à proximité d’un Cash Converters je propose timidement à me petite amie d’aller y faire tour. Timidement parce que je me sens assez mal à mon aise quand il s’agit de m’adonner à l’acte de consommation et d’accumulation sous les yeux d’un proche. Certains diront que je n’assume pas encore tout à fait mon revirement d’accumulateur de produits culturels autour du jeu vidéo, d’autres diront que c’est de la pudeur. Je crois surtout que je n’ai pas envie d’imposer à quelqu’un que j’apprécie une expédition dans une boutique à cash parce que ce n’est pas très glamour.

Quoi qu’il en soit nous voilà entrain de regarder les jeux PSP. Je ne cherche rien de précis, si ce n’est des jeux que je ne possède pas encore, en version non Platinum et non essentiel et encore mieux si le jeu coûte moins de 5 euros et possède une jaquette à l’esthétique remarquable ; en sachant que cette dernière donnée est plutôt très subjective. Le premier jeu que nous trouvons c’est Iron Man. Nous sommes plutôt des habitués des licences Marvel au cinéma, c’est donc à priori un bon choix qu’elle me propose. Certes le jeu a vieilli, il est rigide, plutôt pas vraiment joli mais il conserve deux qualité. Il est plutôt fun une fois que l’on a accepté la prise en main, et si la jaquette extérieure et loin d’être moche ça deuxième qualité c’est que sa jaquette intérieure me plait beaucoup. J’avoue que c’est sûrement idiot d’acheter un jeu pour cela, mais en réalité je n’achète pas exactement un jeu, j’achète un produit culturel, j’achète le jeu et son emballage, sa dimension tactile. Si vous avez un exemplaire chez-vous et que vous êtes entrain de regarder dans le boîtier Iron Man de la PSP vous devez être entrain de vous dire que j’exagère, que la jaquette intérieure n’est pas si jolie et que d’autres sont bien plus élégantes. Vous avez à moitié raison, il est vrai que d’autres intérieurs de jaquette PSP sont plus beaux, plus ostentatoires, avec des artworks délicats et sublimes. Celui de Iron Man brille par sa discrétion et, paradoxalement parce que le personnage est très bling-bling, sa simplicité. L’illustration intérieure reprend les codes de l’armure du super héros, le rouge et le jaune, mais ce qui m’a plu et qui me plait toujours c’est que le cœur de l’armure, le réacteur névralgique qui donne vie et force à la combinaison de Iron Man est judicieusement placé sous l’emplacement de l’UMD. C’est un détail insignifiant, mais moi ça me plait beaucoup. En plus il y a quelque chose d’une symbolique grossière et un peu kitsch que je trouve très poétique. Sans compter que cela embraye sur une réflexion sur la nature de Iron Man qui est un super héros à l’intérieur et à l’extérieur de son armure comme cette jaquette qui s’exprime de ses deux côtés.

Bref, ensuite j’ai pris Virtua Tennis World Tour. Si je ne me trompe pas c’est un opus réservé à la PSP, donc une sorte d’exclusivité, même si la licence Virtua Tennis à essaimé sur environ toutes les consoles de la galaxie. Mais ce n’est pas ce qui ma motiver à la prendre. Déjà j’aime le sport, les jeux de sport et les jeux de tennis ce qui en soit est une bonne raison pour se procurer Virtua Tennis World Tour. Mais au-delà de cela, ça fait un moment que le supporter sportif qui partage mon corps et mon cerveau avec les autres avatars de ma personnalité nourrit une envie et une réflexion autour d’une idée qui serait une sorte d’archéologie sportive menée à travers les jeux de sports. C’est l’occasion de se replonger dans une vision du jeu vidéo, le jeu date de 2005, mais aussi de renouer avec une période du sport et retrouver des sportifs et des sportives parfois dans un temps différent. Il y a onze ans nous pouvions jouer des matchs de tennis virtuel qui opposait un jeune Roger Federer à Andy Roddick, ou mener un affrontement entre Tim Henman l’anglais et Juan Carlos Ferrero le chocolatier, non pardon, l’espagnol. J’imagine que la plus part des joueurs qui jouent pour les qualités d’un jeu sont sûrement un peu imperméable à cette nostalgie mais sur moi elle agit très fort. Et puis pour ne rien gâcher le jeu est toujours aussi bon, facile et rapide à prendre en main et il ne coûte pas grand-chose.

Le jeu suivant m’a d’abord sauté aux yeux. Il entre directement dans les jeux qui eux-mêmes entrent dans ma collection par l’aspect esthétique de leur couverture. Bam boum badaboum, y’a un fond orange aux relents psychédélique qui vole en éclats alors que le héros une éponge jaune et carrée surgit comme le super vengeur qu’il est. Oui, cette pitoyable description cherche à vous retranscrire le dynamisme coloré de Bob L’éponge : Super vengeur !. J’aime beaucoup l’esprit du dessin animé qui me rappelle des souvenirs de petits déjeuné avant d’aller à la fac, du coup je n’ai pas résister longtemps à l’envie de prendre ce jeu. Si la jaquette extérieure pète le feu avec ses couleurs j’apprécie aussi le côté intérieur avec son petit côté case de BD sur fond rouge. De toutes les façons j’aime quand les jeux proposent une jaquette intérieure décorée, illustrée, colorée, imprimée.

Le dernier jeu que j’ai acheté ce jour là est le fruit du syndrome évoqué dans un article précédent, le syndrome c’est curieux je n’ai jamais vu ce jeu avant, il est peut-être rare, à tout hasard je vais l’acheter. Et bien souvent on se retrouve avec un jeu de qualité moyenne qui est devenu rare en occasion parce que déjà à l’époque où il était neuf personne n’en voulait. Qu’à cela ne tienne, je vois donc GripShift, à priori un jeu de course futuriste, quoi que sur la jaquette en arrière plan il y a une sorte de château fort avec des îles volantes ce qui n’est pas forcément l’image la plus répandue que l’on a du futur, dans un esprit à la Mario Kart puisque l’on voit toujours sur la jaquette des véhicules qui se lancent des missiles, tout en parcourant des circuits rocambolesques en y ramassant des étoiles. En regardant à l’arrière je vois que le jeu annonce un mélange unique et délirant de course, de plate-forme et de puzzle. Et aussi étonnant que cela puisse paraître c’est bien l’esprit de ce qu’offre GripShift aux joueurs. Le jeu est plutôt une bonne surprise, on dirige bien une voiture sur des circuits vallonées suspendus dans les airs, il faut réussir un certain nombre de mission pour débloquer des modes de jeu, des courses, des véhicules, et réaliser ces missions nécessite parfois de passer par des plates-formes en mouvement, ou de faire des choix de parcours. La prise en main est un peu daté, l’inertie des véhicules semble sortir justement d’un autre temps, mais une fois que l’on a prit cela en compte le jeu est devient plaisant.

Nous avons quitté ce Cash Converters en dépensant un petit moins de 15 euros pour ces quatre jeux. Je suis content de ces achats, et content d’avoir réussi à acheter ces jeux en présence d’une personne proche. Je crois même que je suis prêts à recommencer.

Et j'achète encore des jeux PSP
Et j'achète encore des jeux PSP
Et j'achète encore des jeux PSP
Et j'achète encore des jeux PSP
Et j'achète encore des jeux PSP

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #achat, #PSP world, #psp, #occasion

Repost 0
Commenter cet article

NeoDandy 16/07/2016 01:17

La PSP a été une très belle console tout comme la PSVita l'a été. Et il faut malheureusement évoquer ces deux projets au passé tellement Sony a délaissé ses deux modèles portables ...

Si tu te découvres passionné de la PSP, les jeux et les côtes des consoles ont fortement chuté pendant un moment. A l'exemple des jeux PS2 à quelques euros dans les Cash Converters, il y a fort à parier d'un phénomène au moins semblable en dehors de quelques jeux très recherchés. (Les Final Fantasy Tactics et rééditions voire certains RPG.)

"Il ne faut pas avoir honte : ce n'est pas sale.", (Comme le disait autrefois Antoine de Caunes dans Nulle Part Ailleurs.)

Mémoire de joueur 17/07/2016 23:16

Ce n'est pas le Doc de Fun Radio dans Lov'in Fun qui rappelait aux ados que nous étions que non "ce n'était pas sale" ?

Enfin qu'importe, merci pour ton commentaire. Je ne sais pas si je suis passionné de PSP, mais disons que j'aime découvrir sa ludothèque bon marché avec quelques très bons jeux et de nombreuses curiosités. Et en cherchant bien même FF Tactics ou Tales of Eternia je les ai trouvé à 10 euros.