Les derniers jeux de rôle à entrer dans mes étagères

Publié le par Monsieur Ray

Ici se posent les premiers mots d’un article de consommation pour annoncer l’arrivée de trois ouvrages de jeux de rôle. Les financements participatifs, les souscriptions et autres  précommandes sont devenus monnaie courante dans le jeu de rôle, et il se trouve que ces derniers jours, derrières semaines, trois projets auxquels j’avais donné un peu d’argent sont arrivés chez moi sous la forme de beaux ouvrages. Dans l’ordre de leurs apparitions postales il y a d’abord eu la seconde édition de Dungeon Word. Un beau livre avec une très belle couverture et 248 pages pour présenter et offrir au lecteur tout ce qu’il faut pour s’approprier la mécanique ludique et narrative de Dungeon World. C’est un jeu propulsé par l’Apocalypse, autrement dit c’est un hack du jeu originel Apocalypse World, un jour je ferai ici la chronique de ces jeux, Dungeon World et Apocalypse World (et tous les autres jeux que je trouve intéressants) pour dire tout le bien que je pense de ce système et de ces jeux. Juste pour la petite histoire j’avais déjà participé  au financement de la première édition de Dungeon World, je l’avais lu et elle m’avait laissé plutôt circonspect et interrogatif. Par chance, plus tard j’ai pu mettre la main sur Apocalypse Word et là dès les premières pages je me suis pris une claque monumentale devant la puissance narrative et ludique du jeu. Je pense qu’en ayant appris à apprécier la force de système avec Apocalypse World, je me suis ouvert à réapprécié Dungeon World qui en est dérivé. Je dis cela parce qu’effectivement j’ai retrouvé cette puissance évocatrice qui donne envie de jouer en lisant la V2. Du coup je peux dire que je suis content d’avoir mis des billes dans ce financement. J’avais pris le palier dans lequel le souscripteur bénéficiait d’un second ouvrage, dans mon cas il s’agit de Dessine moi un Donjon, un ouvrage à mi chemin entre le jeu solo et l’outil de création de donjon, là aussi je vous en reparlerai rapidement ici. En cerise sur le donjon, j’ai aussi pris l’écran qui dans un petit format reprend l’image de couverture et qui développe la scène aux quatre volets de cet écran.

La très belle illustration de la couverture de Dungeon World V2
La très belle illustration de la couverture de Dungeon World V2

La très belle illustration de la couverture de Dungeon World V2

Et ici l'illustration de la couverture qui donne son plein potentiel en s'étalant sur les quatre volets de l'écran
Et ici l'illustration de la couverture qui donne son plein potentiel en s'étalant sur les quatre volets de l'écran
Et ici l'illustration de la couverture qui donne son plein potentiel en s'étalant sur les quatre volets de l'écran

Et ici l'illustration de la couverture qui donne son plein potentiel en s'étalant sur les quatre volets de l'écran

Le second jeu qui est arrivé ces derniers jours c’est Mantoid Universe, un jeu du très prolifique Batro Games. Pour reprendre les mots de l’auteur :

Aventures délirantes dans un monde chaotique et sans pitié

Les montagnes russes du Chaos

Dans ce jeu de science fantasy rock’n roll, incarnez des hommes-porcs, des hommes-mantes, des chevaliers d’or et autres junkies au service du Chaos dans ce jeu trash et imprévisible.Tout est dit. Mantoid Universe est le troisième volet de la trilogie du Chaos développée par Batro Games avec Space Sword et Planète Hurlante. Ce sont des jeux qui s’explorent façon vieille école et poésie punk décomplexée. Ce sont des jeux délirants, débridés, décomplexés, diaboliques, déjantés qui reposent sur des tables d’aléatoires, des systèmes simples et fluides, de la mort, du fun et de l’outrance. On pourrait croire ces jeux là parodiques ou anecdotiques mais il n’en est rien, si on accepte le contrat initial de lâché prise, d’y aller à fond et d’être rock’n roll on tient alors des jeux puissants qui insufflent une énergie de dingue. Maîtriser une partie d’un des jeux de la trilogie c’est comme un rodéo sur un taureau mutant dopé à je ne sais qu’elle drogue de l’Interzone. Le jeu est âpre et brutale, comme l’ouvrage ai-je envie de dire. Même si ici ces adjectifs sont à prendre entendre comme des qualités. En un peu moins de cent pages le bouquin contient tout ce qu’il faut pour jouer fort et mourir vite, et inversement. Avec Mantoid Universe on sent que Batro explore et affine encore plus ses théories du Chaos et ça fonctionne très fort parce qu’à la lecture de l’ouvrage on n’a qu’une envie c’est de créer une poignée de personnages et les lancer dans une Arène. Difficile de vous parler de l’univers en quelques mots, je le ferai en chroniquant le jeu et l’ouvrage, ici je ne suis là que pour un retour d’achat en quelque sorte, mais disons que c’est noir, acide, glauque et gluant. Pour Mantoid Univers Batro a travaillé en étroite collaboration avec un illustrateur underground fou (ce n’est pas moi qui le dit, c’est la quatrième de couverture), Jeremy Famir qui livre là des illustrations sublimes, noires, folles, torturées, grotesques, outrancières, organiques, mécaniques, magnifiques qui relèvent de l’union esthétique de H.R Giger et de William Burroughs. La synergie entre le texte et les illustrations fonctionne à fond pour nous plonger dans Mantoid Univers, je n’ai plus qu’une envie, c’est de faire jouer ce jeu.

Déjà sur sa couveture Mantoid Universe nous vomi ses intentions ludiques et esthétique et c'est bon
Déjà sur sa couveture Mantoid Universe nous vomi ses intentions ludiques et esthétique et c'est bon

Déjà sur sa couveture Mantoid Universe nous vomi ses intentions ludiques et esthétique et c'est bon

Quelques illustrations de Jeremy Famir qui ne sont pas issues de Mantoid Univers mais qui témoignent de l'esprit de l'artiste et qui reflètent l'esprit du jeu
Quelques illustrations de Jeremy Famir qui ne sont pas issues de Mantoid Univers mais qui témoignent de l'esprit de l'artiste et qui reflètent l'esprit du jeu
Quelques illustrations de Jeremy Famir qui ne sont pas issues de Mantoid Univers mais qui témoignent de l'esprit de l'artiste et qui reflètent l'esprit du jeu

Quelques illustrations de Jeremy Famir qui ne sont pas issues de Mantoid Univers mais qui témoignent de l'esprit de l'artiste et qui reflètent l'esprit du jeu

Le dernier jeu qui est arrivé c’est Barbarians of Lemuria, dans une nouvelle édition, l’édition Mythic qui se veut enrichie par rapport à la première édition. Barbarians of Lemuria c’est un jeu Sword & Sorcery pour jouer à l’ancienne des aventures épiques et noires qui rendraient jaloux le grand Conan lui-même. J’avais lu avant de l’offrir la première édition de ce jeu et j’avais aimé les perspectives qu’il offrait. Je n’ai pas encore lu cette nouvelle édition enrichie, mais avec plus de 200 pages au format A4 je ne doute pas qu’elle est plus achalandée que la première édition. Outre la mécanique de jeu et de création de personnage, il y a des règles pour gérer les guerres qui de tête n’étaient pas dans la V1, guerre sur terre, sur mer et même avec des nerfs volantes. Il y a aussi un atlas et quelques pages de mystères. Et pour ne rien gâcher il y a des scénarios. Le tout dans un beau livre aux illustrations inspirantes, que demander de plus ?

Voilà les trois jeux qui viennent d’entrer dans mes étagères, il me reste un peu de lecture à faire et surtout beaucoup d’imagination à dompter pour me lancer dans de grandes aventures.

L'illustration de couverture de Barbarians of Lémuria dans son édition française et quelques jolies illustrations intérieures
L'illustration de couverture de Barbarians of Lémuria dans son édition française et quelques jolies illustrations intérieures

L'illustration de couverture de Barbarians of Lémuria dans son édition française et quelques jolies illustrations intérieures

Publié dans jdr, jeux de rôle, achat

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article