Solo: A Star Wars Story - mon avis, ma critique bonne surprise

Quand j’suis allé voir Solo j’étais en mode blasphème du genre bordel ils ont osé toucher à Harrison Ford / putain ils ne respectent plus les icônes / pitié laissez mourir Han Solo dans la dignité et ne saccagez pas sa légende / etc. Bref j’avais des réserves et des préjugés franchement négatifs à l’encontre du film. Le personnage Han Solo est pour moi peut-être la figure la plus charismatique de la saga grâce à l’apport marqué et marquant de Harrison Ford et son aura bi classée de beau gosse et de bad boy.  Après la séance mes velléités se sont apaisées et j’ai admis que je devais battre ma coulpe et reconnaître que Solo est un excellent divertissement et plus étonnant encore un bon Star Wars. Certes il n’est pas parfait mais il fait du taf et ses qualités l’emportent sur ses défauts.

 

Parmi les éléments qui m’ont agréablement surpris il a par exemple l’esprit du film qui est largement porté sur l’action aventure décomplexé à la sauce western ; il y a une foutue très bonne scène d’attaque de train, une scène de tripot. Je trouve que cela entre parfaitement dans l’esprit de ce qui fait un bon “Star Wars”. La scène d’ouverture sur Corellia pose les bases d’une ambiance périurbaine industriel et glauque que je trouve plutôt bien designé et vu que je suis amateur de ce genre d’ambiance j’ai trouvé l’intro très cool. Ensuite il faut avouer que le film est bien rythmé, nettement mieux que Les derniers Jedi. Ce rythme s’appuie sur une belle variété d’action et de décors et sur une belle brochette de personnages secondaires très typés. C’est vrai qu’ils sont parfois à la limite de la caricature mais vu qu’ils ne restent pas forcément longtemps dans l’aventure ça fonctionne bien. J’ai surkiffé le design néo tribal des pirates de Enfys Nest et plus globalement j’ai adoré la dernière séquence sur une Savareen dans son décor post apo à l’esthétique très très belle. Mais au-delà de ces choses qui en font un bon film, ce qui fait pour moi de Solo un bon Star Wars ce sont les ennemis, avec au premier rang Dryden Vos qui campe une figure d’adversité vraiment réussie, avec ce qu’il faut de mystère et de relief. Voilà pour les points les plus positifs présents dans ce film. Il reste bien évidemment quelques points négatifs à aborder ...

 

La partie plus faible du jeu c’est à mon goût, et malheureusement, celle qui tourne autour du raid de Kessel. C’est dommage parce que la légende de Solo contrebandier et pilote a été écrite autour de ce raide mythique en 12 parsecs. Ce ventre mou du film correspond à l’irruption de Lando Calrissian jeune dans le film. J’ai eu du mal à adhérer à ce personnage alors que finalement le Solo de Alden Ehrenreich s’en sort plutôt bien là où je redoutais le pire. Alden Ehrenreich arrive à incarner un Han Solo que je trouve intemporel, à mi-distance entre la fidélité au personnage et une certaine distance de la figure d’Harrison Ford. Son point faible c’est que l’on a du mal à déterminer l'âge du personnage, c’est peut-être ce qui lui donne son aspect intemporel, mais ça le détache un peu de la légende de Han Solo. Mais pour en revenir à Lando c’est avec Donald Glover que j’ai un souci. Ce n’est pas qu’il joue mal, mais je trouve que Donald Glover sonne trop moderne, trop actuel, trop contemporain. Lorsque je le regardais jouer je voyais typiquement un acteur de 2018. En soit, ce n’est pas un défaut, ni une qualité d’ailleurs, mais cet acteur me donne tellement l’impression d’appartenir à une ère moderne que j’ai eu du mal à coller sur lui le personnage de Lando Calrissian des premiers films qui à l’inverse m’a toujours donné l’impression d'appartenir à une ère révolue, à savoir les seventies. J’ai toujours vu Lando comme une figure du passé, figé dans un style anachronique dans Star Wars mais Donald Glover respire et pue l’air du temps. Ce n’est pas sa faute s’il a su porter une certaine hype des années post 2010 et à priori ce n’est pas un défaut, sauf à mon sens pour incarner un personnage dont l’écriture me paraît être fondée sur un anachronisme passéiste. Du coup si Alden Ehrenreich s’en sort en donnant une impression intemporelle, l’impression de modernité de Lando mais sorti du personnage. Et parce qu’il est plus facile, ou plus drôle, de lister les petites critiques, je ne suis pas sûr d’avoir cerné l'intentionnalité du droïde L3 et justement de son rapport à Lando. Est-ce que c’est seulement un sidekick comique tendance burlesque où le personnage a une autre raison d’être réellement idéologique ? Est-ce dans le cahier des charges de Disney qu'à partir de maintenant les films de la licence Star Wars doivent avoir un personnage de droïde à l’esprit décalé ? Bref cet arc autour de Lando, le Faucon et le raid de Kessel c’est pour moi le ventre mou du fil, avec même des passages très bofs. Mais comme dans toutes les bonnes dissertations du bac ce film assure son introduction et sa conclusion et ça m’a emporté.

 

Pour la finir cet article, j’ai envie de parler d’un aspect que j’ai trouvé autant positif que négatif, la fin du film. Je suis allé le voir en partant du principe que Solo, comme Rogue One, est un one shot. Par conséquent pour moi ce film ne devait pas avoir de suite ce qui suppose à priori une fin fermée. Mais la fin de Solo est globalement ouverte et elle donne envie de connaître une suite. Enfin cette phrase est paradoxale puisque on peut considérer qu’une partie de la saga Star Wars constitue la suite de Solo. Bref, le film se termine sur une fin ouverte, ce qui est bien parce que ça stimule l’esprit et en même temps c’est chiant s’il n’y a pas de suite prévue … Peut-être que j’ai eu cette impression parce que je connais mal l’univers étendu de Star Wars et que par conséquent j’ai du mal à interpréter et comprendre ce final et sa juste place de ce film dans l’hyper chronologie de la saga.

 

Quoi qu’il en soit j’ai vraiment aimé ce film, je suis allé le voir sans espoirs ni attentes et ça a sûrement joué dans le fait qu’il me surprenne en bien. Je n’aurai pas cru que l’on puisse toucher au personnage de Solo sans foutre du blasphème partout mais c’est curieusement réussi. Je ne sais pas si vous l’avez vu, mais si c’est le cas je suis curieux de savoir si vous l’avez aimé ou détesté et surtout pourquoi.

Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine
Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine

Solo : Star Wars Story n'est pas un film parfait, mais c'est un film qui transporte et tient en haleine

Retour à l'accueil