Crysis 2 : FPS sans passion pour expérience sans saveur

Publié le 1 Février 2013

L'abonnement au PSN+ a ses détracteurs mais il aussi plusieurs avantages comme celui de faire mon éducation vidéoludique au FPS ; il y a eu Borderlands, BulletStorm, Crysis 2, Bioshock 2, tous offerts ; je ne suis pas dupe, ce sont généralement des titres qui se voient affublés d’une suite quelques temps après qu’ils aient été “offerts” aux joueurs mais qui suis-je pour reprocher à Sony de vouloir éduquer ses joueurs à un genre ET de les mettre en condition pour acheter la prochaine sortie ? C’est vrai qu’il est rare qu’un éditeur fasse preuve de pédagogie et d’esprit marketing en même temps, c’est pourtant ce que fait Sony avec son abonnement, ses jeux qui semblent être offerts “au hasard” mais qui en réalité suivent une logique. Bref, personnellement j’apprécie cette démarche surtout qu’en plus en préparant cet article j’ai réalisé que mon expérience du FPS pur et dur c’est arrêtée à Quake III et Unreal Tournament sur Dreamcast vous avouerez que ça date. Je comprends mieux pourquoi j’ai mis du temps à apprécier Borderland.

 

Bref, tout cela pour dire que j’ai fini par jouer à Crysis 2. J’y suis allé la fleur au fusil et j’en suis ressorti avec deux ou trois impressions en guise de certitudes - ce qui ne veut pas dire grand chose -.

 

La première - et la plus prégnante - chose qui me vient c’est une impression de gâchis, quelque chose qui fait dire “tout ça pour ça ?” ; Crysis 2 déploie la grosse artillerie avec des graphismes “photo réaliste” vraiment impressionnants - surtout de très beaux éclairages -, un level design couloir / arène certes très classique mais qui fait son possible pour toujours ménager une approche verticale appréciable dans le FPS console. Il faut aussi noter le remarquable travail des bruitages qui sonnent “comme au cinéma” ; en particulier le bruit des armes dont l’intensité, l’impact, le niveau sonore sont très présent, sûrement très irréaliste mais en sonnant comme au cinéma ça donne une impression de réalité supplémentaire. Malheureusement, ces effets réussis sont au service d’une expérience vide, fade, froide et sans émotions que ce soit au niveau du gameplay ou du scénario.

 

Crysis-2-le-meilleur-du-pire-du-cinema.jpg

 

La seconde impression, c’est une impression de déjà-vu, pas nécessairement vu dans les jeux vidéo - quoi que #AlertesSpoilDeMerde l’attaque extraterrestre en milieu urbain est un classique du jeux vidéo - mais surtout vu au cinéma. La qualité des images et du son couplés à l’inanité linéaire du scénario aide à rapprocher Crysis 2 du cinéma. Et surtout de deux sous-genres particuliers du cinéma de SF : le film filmé à la première personne façon Projet Blair Witch, REC, etc. et le film où une ville contemporaine, acier, verre et building, est attaquée par des extraterrestre façon Transformer III, Battle Los Angles, etc. À la croisée de ces deux genres est né un sous sous-genre auquel Crysis 2 se rapproche fortement c’est le film d’attaque extraterrestre sur une ville moderne filmée à la première personne dont les fers de lances sont l’excellent Cloverfiled et le très mauvais Skyline. On se balade dans une ville, des immeubles tout de verre et d’acier s’écroulent et on se bat avec des extraterrestres ; RAS, on connait le script et il n'est pas original, il n'est même pas bon d'ailleurs. Durant les cinématiques on sent bien que le héros n’est qu’une caméra sur pattes.

 

La troisième impression c’est celle qui se distille petit à petit en jouant : l’ennui. Je me suis rarement ennuyé dans un jeu, ici on avance sans déplaisir parce que le gameplay est bon, la combinaison offrent des possibilités intéressantes même si je la trouve un peu trop puissante mais on avance en regardant sa montre en ce demandant quand est-ce que ça va finir que l’on puisse passer à autre chose. Crysis 2 est une magnifique coquille vide, une grosse machine qui tourne à vide. Avec sa narration de série B vraiment affligeante, son esthétique lisse et lumineuse proposant l’exploration d’un New York qui explose sur papier glacé Crysis 2 passe sans déplaisir, sans accrocs non plus, ça ressemble à une démo technique à qui l’on aura oublié de greffer une âme.

 

Au départ et à cause de la nanotechnologie, je pensais que Crysis 2 pourrait avoir une forme de filiation avec l’esprit de Deus Ex mais on est loin de tout cela. Alcatraz, le personnage que l’on incarne, a un charisme en dessous de zéro et les augmentations sont d’un intérêt limité - certaines améliorations comme celles permettant de voir les traces des ennemis au sol ou la direction des balles ne semblent être là que pour rendre l’aspect globale plus moche -. Et ne venez pas me parler du multi, il semble très bien mais quand on est comme moi un noob qui passe son temps à se faire tuer le multi n’apporte rien. Bref que dire, que retenir, qu’écrire … s’il fallait une preuve que Crysis 2 est sans intérêt c’est qu’il m’a inspiré un article médiocre ! La nano combinaison est un super jouet, puissant, maniable, intuitif ; le terrain de jeu est joli mais il manque de vie et d’âme et on se retrouve à parcourir ce grand vide à y tuer des ennemis sans éprouver le moindre frisson ; FPS sans passion pour expérience sans saveur.

 

crysis2-du-vent-et-du-vide.jpg

Rédigé par Mémoire de joueur

Publié dans #Critiques - jeux vidéo

Repost 0
Commenter cet article

Margoth 02/02/2013 15:46


Tu auto-juges qu'un article tel que celui-ci est médiocre... De mon côté, je le pense pas spécialement. Après, c'est sûr que tu ne nous as pas ressorti les plus belles proses littéraire élancées
et fougueuses dont tu es si bien capable pour d'autres sujets mais bon, je pense que quiconque, même avec la plume aguerrie, peut se retrouver coincés dans des sujets où l'on ne se sent pas l'âme
d'un poète. Par ailleurs, je trouve quand même que le contenu de l'article en lui-même est intéressant dans le sens où tu dis tout haut ce que beaucoup de moutons - bêlant leur admiration pour un
tel jeu uniquement parce que c'est un blockbuster réalisé dans la plus pure tradition d'une technique rôdée pour un contenu formaté, qui, de plus, s'est vu élogié par des médias influents -
pensent tout bas sans oser se l'avouer. Ce qui ne rend l'auteur que plus humain, doué d'un libre-arbitre qui lui est propre et qui ne se laisse pas dicter ses points de vue par l'influence
publique. Et ça, en terme d'intérêt d'existence d'un tel billet, c'est déjà pas mal ;)

Pour le jeu en lui-même, j'avoue l'avoir vu passer en jeu gratis sur le psn+ mais il ne m'inspire tellement pas que je n'ai même pas pris la peine de le télécharger. Là où par exemple, je n'ai
pas hésité à prendre un Just Cause 2, qui ne m'inspire pourtant pas tellement non plus, pour lui donner quand même une chance (en plus, c'était gratuit, pourquoi s'en priver donc ?). En gros, là
tu ne fais que me convaincre que je n'ai pas à regretter ce choix et qu'il vaut certainement mieux que je reste dans mon indifférence ignorante jusqu'à ce que je ne puisse plus tenir un pad dans
mes mains.

Mémoire de joueur 06/02/2013 16:30



Merci jolie plume, ça fait toujours plaisir d'entendre, enfin de lire, cela même si je pense encore que cet article est médiocre d'ailleurs ton commentaire soulève une idée intéressante qui fait
quelque part échos à ce Crysis 2 et à beaucoup d'autres jeux ; est-ce que l'on peut considérer que le blockbuster vidéo ludique est devenu un genre à part entière ; le genre blockbuster, grosse
machinerie, belle technique, grasse propagande commerciale pour un jeu plutôt vide ; je trouve qu'il y a de plus en plus de FPS, de jeux de courses, de combats, d'action et même d'aventures (
Darksiders II) par exemple qui ressemblent à cela ...


Peut-on dire qu'en jeu vidéo comme en cinéma le blockbuster, la friandise pop culturelle avec un peu plus de gras que de contenu est le genre émergeant de ce début de siècle ? Affaire à suivre
...


Ce que je n'ai pas dit sur Crysis II c'est que j'y ai joué par flemme de jouer à autre chose, plus précisément par flemme de me lever et de mettre un autre jeu dans la console, le dématérialisé
c'est dangereux ! En plus le lecteur de ma PS3 semble rendre l'âme, enfin il tourne encore assez pour Ni No Kuni ;)