Dead Nation quand la viande froide et le métal brûlant forgent le succès

Publié le par Mémoire de joueur

Sombre et intense ; voilà les deux adjectifs qui vous viendront à l'esprit après avoir joué à Dead Nation. Sombre c'est pour les graphismes, intense c'est pour le gameplay et l'excitation qui palpite encore un peu dans vos entrailles après avoir posé le pad c'est parce que le jeu excellent rien de plus. Dead Nation c'est un jeu d'action à l'ancienne dans lequel tu marche et tu tir sur des ennemis ; dans Dead Nation les ennemis sont des zombis parce que c'est à la mode, avant on tirait sur des militaires communistes, demain on tirera peut être sur des chanteuses de variété française, aujourd'hui c'est sur des zombis et si je dis à l'ancienne c'est parce que Dead Nation est un jeu d'action sans esbroufe avec juste du gameplay dans un level design pensé pour cela ; il n'y a pas d'histoire - ou si peu -, il n'y a pas de bluff esthétique ni de poudre aux yeux pour détourner le joueur du cœur du jeu. Pour moi Dead Nation est comme un matériau brut, rugueux, presque austère, c'est l'essence du jeu d'action / tir, c'est l'essentiel sans le superflu.

 

Seul ou en coop le jeu est pareil, prenant et puissant. Si au premier regard le jeu ne paie pas de mine c'est en jouant que l'on réalise à quel point Dead Nation est puissant. C'est un concentré de ce qui ne se fait plus ou de ce qui se fait mal, jeu d'action à la sauce shoot them up ou plutôt kill them all vu en 3D isométrique - c'est à dire grosso modo avec une vue d'hélico -. On choisi d'incarner un monsieur ou une madame Jetiredansletas mais ce choix n'a pas d'incidence sur l'anecdotique scénario ni sur le déroulement du jeu - enfin il y a quand même un petit détail qui change, l'arme de base dispose d'une visée laser et si celle de madame est rouge celle de monsieur et bleu or il me semble que la couleur du laser teinte très légèrement le faisceau de votre lampe de torche ce qui donnera un faisceau légèrement bleuté à monsieur et un faisceau légèrement rouge à madame, un détail je vous disais - et on se retrouve sur le toit d'un immeuble pour débuter le jeu. On commence là haut et on fini le jeu sous terre dans les méandres d'un laboratoire souterrain et ce n'est pas un hasard je pense, parce que Dead Nation est une descente aux enfers.

 

dn4.jpg

 

Comme dans tous les jeux de tir le principe est simpliste, je marche et je dégomme tout ce qui se présente à moi. Cela peut paraitre répétitif en le lisant mais le géni de Dead Nation est d'avoir su doser merveille le rythme de l'action pour que l'on soit totalement attrapé par le jeu qui nous tient d'une poigne puissante. Le jeu alterne des moments où calmes où l'on sent que l'action couve et de moment d'action frénétique où les zombis affluent de tous les cotés. On le comprend très vite, on arrive dans une zone clame, quelques zombis ici où là pour se faire la main, on avance et à un moment c'est l'attaque totale et le chaos autour de nous et puis une fois la zone nettoyée le calme revient et on se remet à avancer. Une fois que le joueur intègre le principe il intègre aussi ce sentiment de danger permanant qui le tient par les tripes ou par les couilles selon votre morphologie, le calme annonce la tempête et on marche prudemment pour éviter de se faire submerger. Et c'est encore plus vrai quand on fait le jeu dans un difficulté un peu élevée. Vous pouvez tout à fait faire le jeu une première fois en mode de difficulté normal, généralement une balle suffi à abattre les zombis de basses et vous pourrez parcourir le jeu pour vous imprégner de sa maniabilité et de ses mécanismes. Et quand vous reviendrez - parce que vous y reviendrez j'en suis sûr - dans une difficulté plus élever alors là vous sentirez le stress, la peur, l'angoisse vous serrer petit à petit parce que les zombis sont bien plus résistant et ils vous font plus de dégâts.

 

Donc le premier coup de géni de Dead Nation c'est de maîtriser parfaitement la mécanique du calme avant la tempête propre à toutes les mises en scènes d'horreur qui veulent nous mettre sur les nerfs et qui y parviennent. L'autre coup de géni de Dead Nation c'est d'avoir misé sur le clair-obscur. On ne peut pas dire en regardant un screen que le jeu est beau, même en y jouant on a du mal à dire que le jeu est beau au sens de esthétique. Le jeu se passe dans une ville de nuit et vue en plongée ce qui n'est que rarement esthétique. Rajoutez à cela que les éclairages urbains n'ont certainement pas été la plus grosse part du budget de l'agglomération vous aurez donc un environnement urbain plongé dans un perpétuel clair-obscur qui vire plus souvent à l'obscure qu'au clair. Là où le jeu fait fort c'est sur son traitement des sources lumineuses ; que ce soit votre lampe torche, les explosions des voitures, le clignotement des gyrophares ou la lueur des braseros chaque éclairage est géré avec brio et révèle la minutie des décors autant qu'ils découpent des ombres inquiétante. Je sais très bien que plonger un joueur dans le noir pour lui faire peur c'est un principe vieux comme le monde mais je l'ai rarement vu aussi bien exploité dans un jeu d'action next gen. Combien de fois vous vous retrouverez dans l'obscurité quasi totale à balayer l'écran de votre lampe torche pour repérer les zombis - et accessoirement les dégommer - ; là encore cela intensifie l'action et ça vous prend aux tripes.

 

Et si le jeu mise sur des graphismes sombres qui immergent le joueur dans le noir il mise aussi sur le son. Les bruitages sont riches et nombreux et surtout ils ne sont pas le fait exclusif des ennemis. Un zombi qui passe sur une boite de conserve ferme du bruit, mais vous aussi, et puis ça ne peut être que le vent où une balle perdue qui a provoqué le mouvement de la boite. Vous êtes là dans le noir, les sens en alerte, guettant les bruits suspects et il ne sera pas rare que vous vidiez un chargeur sur un élément de décor parce qu'il y aura eu un bruit suspect. Bien sûr vous pourrez aussi entendre venir les zombis ce qui est parfois un avantage - quand ils ne sont pas nombreux - mais parfois ce n'est bon qu'à faire grimper le stress - quand ils sont trop nombreux -.

 

Avec une caméra aérienne qui offre généralement un plan large les sprites ne sont pas grand chose, je veux dire graphiquement. Mais vous pourrez quand même identifier tout un tas d'ennemie différents, du zombi de base lent et lourdaud, aux zombis décharnés courant à toute vitesse, les militaires zombis qui tirent avec leurs armes de façon désordonnée et puis aussi des zombis plus gros, plus coriaces et parfois plus vicieux. Pour vous défendre et pourfendre les hordes mortes vivants vous aurez accès à un bel arsenal mais tout cela ne sera pas gratuit. En bon personnage de jeu vidéo vous aller ramasser de l'argent sur les morts, dans les coffres des voitures aussi et quand vous arriverez aux check point vous aurez l'occasion d'acheter des munitions, upgrader vos armes ou débloquer de nouvelles armes. Libre à vous de privilégier le lance flamme, le fusil à pompe, le lance roquette où ce qui vous plaira. Je vous conseillerai avant tout de upgrader à fond votre fusil de base et puis les mines et les leurs.


03295150-photo-deadnation.jpg

 

Vous voilà armé pour un grand massacre parce que si Dead Nation parvient à vous tenir en haleine, à faire monter la tension et titiller vos nerfs il n'en sera que plus jouissif de massacrer des centaines de zombis ; balancer un leurre, voir une horde de zombis s'agglutiner autour de la lumière et arriver sur ceux et tout exploser au fusil à pompe. Il n'est pas rare dans Dead Nation de finir une scène avec un monceau de cadavre de zombis sur le sol. Petit détail inutile mais au combien jouissif vous pourrez vous défouler à coup de pieds dans les corps des zombis morts. Mais ne vous y trompez pas Dead Nation est intense, il vous faudra souvent reculer pour éviter d'être encerclé et il ne faudra pas être radin en munition pour sauver votre peau. Si j'ai un défaut à donner sur Dead Nation c'est sur un petit point de la maniabilité, on dirige le personnage avec le stick gauche et avec le strick droit on oriente le canon de son arme, pour recharger son arme il faut appuyer sur le stick droit - R3 - et c'est là le souci. Dans le feu de l'action vous devez souvent courir dans tous les sens pour éviter de vous faire bouffer et en même temps il vous faut canarder dans tous les sens et en s'acharnant sur le stick droit on se retrouve souvent entrain de recharger son arme par mégarde et là on se trouve con entrain de recharger alors qu'une horde de morts vivants affamés et en colère vous encercle. Mais c'est un moindre défaut.

 

Je suis enthousiaste à propos de Dead Nation et pourtant j'ai failli passer à coté de ce jeu. Sorti en décembre 2010 et suivi de très bonnes critiques j'ai eu dès le départ envie de tester ce jeu, mais je ne l'ai pas téléchargé tout de suite. Arrive le hack du PSN et puis l'offre Welcome Back qui offre justement Dead Nation, que je télécharge sans hésiter. Le lendemain je me mets sur le jeu et là je suis déçu, dès les premiers instants je n'adhère pas, je trouve le jeu trop austère, trop sombre, j'ai du mal avec la maniabilité, bref je fais un niveau et je m'arrête. Je laisse passer au moins un mois durant lequel je rumine un article pour dire comme je suis déçu par le jeu et comme Sony se moque de nous en nous offrant des mauvais jeux. Et puis une nuit je me dis que je vais effacer Dead Nation de ma console, mais avant je fais une dernière partie histoire de pouvoir argumenter mon test. Et c'est là que je suis resté scotché par le jeu et qu'il m'a mit une énorme claque et que j'ai compris à quel point ce jeu était génial.

 

C'est vraiment l'essentiel d'un jeu d'action, Dead Nation ne révolutionne rien, il n'invente rien mais il maîtrise parfaitement les mécaniques qui font de ce genre de jeux un jeu énorme. J'ai retrouvé en jouant à Dead Nation de cette jubilation absurde à massacrer des gens par centaines que j'avais eu en jouant à Super Smash TV sur Super Nes et aussi ce même coté presque hypnotique du run & gun que j'ai découvert il y a encore plus longtemps avec Ikari Warriors sur Nes. Aujourd'hui vous pouvez retrouver Dead Nation pour 9.99 € sur le PSN et le XBLA - quoi que je n’ai pas vérifié les prix aujourd'hui - et à mon sens à ce prix là ça serait une injure à la culture vidéo ludique de passer à coté de ce jeu. Qui se fait une première par curiosité, une seconde fois en esthète de l'action et ensuite se refait pour le plaisir ou pour le scoring. D'ailleurs entre chaque niveau vous pourrez accéder au classement mondial du dégommage de zombi où des compteurs indiquent le nombre de zombis tué par pays, ce n'est pas grand chose mais ça a un coté hypnotique et ça rappel qu’un jeu comme Dead Nation est fait aussi pour le scoring comme les shoot them up. Mais Dead Nation est avant tout fait pour vous coller la peur au pad et l'action frénétique dans les doigts !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Chouchi27 15/07/2011 15:17



Bravo pour ton avis, c'est vraiment impressionant tout les détails et les explications.


Je l'ai pas encore commencé mais les trophées me déprime un peu surtout la difficulté.



Mémoire de joueur 15/07/2011 16:28



Je ne suis pas chasseur de trophée donc je ne me rends pas bien compte, mais je pense que la difficuleté n'est pas le plus dur, avec un peu d'entrainement et surtout en coop ça doit passer, je
pense que récupérer tous les coffres de voiture c'est déjà plus dur parce que si par mégarde tu tir trop sur une voiture elle explose ^^



GameForceOne 15/07/2011 00:53



Super test, et je ne dis pas ça pour la longueur mais bien pour le contenu. Si je n'avais pas bénéficié de l'offre welcome back, je serais passé à côté. J'ai joué en coop avec madmae (pas encore
temriné) et on s'éclate bien. Je trouve que graphiquement il s'en sort très bien et j'aime bien l'ambiance qu'il dégage surtout pour un jeu PSN.


Un titre à découvrir assurément que l'on aime les zombies ou non !



Mémoire de joueur 15/07/2011 02:14



Le faire en couple ça doit être la cerise sur le gâteau j'avoue que je n'ai pu faire que le coop avec ligne avec d'illustres inconnus et déjà je trouvais ça cool bien que l'absence de tchat
vocale complique un peu la stratégie alors qu'avec madame j'imagine que ça permet de plus s'éclater. Merci pour ton commentaire sympatique :)



Baudalex 15/07/2011 00:32



Ahhhh voilà un excellent test, honnétement tu as tout dit et même si je dois faire le mien, bah j'ai plus envie car tu as tout dit ^^


Par contre au début tu dis : '' pas bluff esthétique ni de
poudre au yeux  '' y'aurait-il pas un petit soucis ?? ^^


je suis bien content d'avoir attendu 00h30 pour le lire car il est
très complet. Je me rappel au début tu en disais le plus grand mal pour au final en dire le plus grand bien ^^


Félicitation en tout cas



Mémoire de joueur 15/07/2011 00:35



Je dis bien qu'il n'y a pas d'esbroufe, ce que je veux dire c'est que les mécaniques du jeux sont vieilles comme le monde, visuellement il n'est pas bling bling, et je trouve même qu'il est
austère, par contre j'avoue que la phrase est bourrée de fautes que je vais corriger ^^^- merci de les souligner à chaud j'arrive pas à voir mes fautes - tu as le jeu ? tu l'as sur quelle machine
rappel moi, parce que si tu l'as sur ps3 on pourrait se le faire en coop un jour