Voir mon reflet de joueur dans un écran m’angoisse

Publié le 1 Mars 2012

Jouer c'est se dissoudre entièrement, totalement et uniformément dans l'image qui inonde l'écran sur lequel on joue. Ce n'est pas une vérité absolue mais une sensation qui ma hante ; je joue pour disparaitre du réel, pas nécessairement pour l'intérêt esthétique, ludique, poétique ou dépaysant du jeu mais bien pour m'extraire du réel, le jeu vidéo n'étant pas une fin en soit mais un outil artisan de cette extraction. De là à dire que la pratique du jeu vidéo est une fuite il n'y a qu'un pas que je ne vais pas franchir mais qui mérite une sempiternel réflexion que les parents / éducateurs / petites amies aimantes / femmes / amis bienveillants et sportifs / détracteurs / politiciens et autres exégètes du dimanche du jeu vidéo soulèvent régulièrement. J'imagine que tous les joueurs ont au moins une fois eu à essuyer les remarques réprobatrices de personnes qui prétendaient s'inquiéter de nous voir trop jouer. Ca peut paraitre étonnant qu'en tant que un joueur passionné - mais aussi un exégète de comptoir - partisan du jeu vidéo j'aborde une réflexion aussi casse gueule que le jeu vidéo est-il une fuite ou en d'autre terme tous les joueurs sont-ils névrosés. Il est certain que si je devais répondre à une de ces questions je serai virulent et je sortirai ma plus belle rhétorique - où l'art de faire passer un parti pris subjectif pour une vérité avec un bel argumentaire et une dose de mauvaise foi savamment dissimulé sous quelques sophismes discrets - pour dire à ces gens à quel point leur pensée est rétrograde et que l'étendu de leurs erreurs de jugement n'a pas d'égale que leur méconnaissance du sujet.

 

Mais voilà nous sommes ici entre passionnés, je n'ai pas à faire à des vils détracteurs mais à des gens qui partagent au moins la même passion ; nous sommes ici en amis et je peux me laisser aller à une confidence. Je dois vous avouer que je ne supporte pas voir mon reflet dans un écran sur lequel je joue à un jeu. C'est à partir de ce constat que j'en suis venu à m'interroger sur la question de la fuite du réel.

 

Un écran quand il éteint c’est grosso modo qu'un miroir ; un écran vide nous renvoie donc l'image de qui nous sommes à l'instant où nous sommes devant lui. Mais les écrans vides pas plus que les miroirs ne m'angoissent pas, c'est dans un cas plus particulière que voir mon reflet apparaitre sur cette surface me dérange au point que je puisse ressentir la naissance d'un malaise. C'est quand pendant un partie je croise mon reflet dans l'écran, ça arrive de temps en temps souvent pendant un temps de chargement ou dans un menu, l'écran s'obscurcie, il se vide de sa substance vidéo ludique et il recouvre sa qualité de miroir et à ce moment là il reflète le joueur que je suis et à ce moment là je perçois comme un malaise. Je détourne souvent les yeux de ceux du joueur qui me regarde ce qui me fait dire que je n'assume pas cette part de joueur qui est en moi. Pourquoi ? Je ne sais pas, c'est juste une sensation, une perception d'un fait mais je n'ai pas encore trouvé ou osé chercher la réponse. C'est à la fois une sensation fugace parce qu'elle disparait dès que le jeu revient remplir l'écran mais suffisamment récurrente pour être signifiante. J'ai besoin de dissoudre cette image dans moi entrain de jouer dans le jeu lui même.

 

Les jeux vidéo à la différence de la littérature et du cinéma est une projection de l'intérieur vers l'extérieur, une manière ou une nécessiter de remplir un vide, celui de l'écran, qui serai rempli par notre propre image si nous ne jouions pas. Mais si on considère que le vide de l'écran - qui est le vide du miroir avant lui - est une forme d'espace vierge nécessaire à la mise à distance de soi pour justement se réapproprier soi, sa vie et son image alors le joueur est celui qui bloque ce mécanisme bloquant ainsi le reste de soi qui n'est pas joueur dans une forme non abouti de réalité. Nous sommes d'accord ces hypothèses confuses et fumeuses sont confuses et fumeuses mais je vous l'ai dis je ne sais pas pourquoi je me sens si malaise quand je vois mon visage de joueur dans l'écran. Enfin plus précisément mon visage de joueur dans un temps mort, parce que dans l'action je ne me vois pas. J'aime la série de photo Immersion de Robbie Cooper sur des jeunes entrains de jouer. Moi c'est dans les temps mort, quand l'écran se vide de l'action et qu'il me permet d'entrevoir qui je suis que je me sens troublé. Curieux n'est-ce pas. En un sens ça rejoint ce que je disais sur ma pudeur de gamer, le fait que je n'aime pas jouer en public. Peut être que finalement que l'explication n'est pas à chercher du coté de la peur mais de la pudeur, peut être que lorsque je joue je dévoile des choses que je ne voudrais pas dévoiler, si vous voulez bien je vais m'allonger sur votre divan ...

 

 

 

Rédigé par Mémoire de joueur

Publié dans #Réflexions d'un joueur

Repost 0
Commenter cet article

Margoth 03/03/2012 14:29


Je comprends parfaitement ce que tu veux dire. Ca m'arrive souvent d'avoir ce malaise lorsque je joue sur console portable où c'est encore pire niveau reflet. Et puis, il y a peu, j'ai eu
l'occasion de tester une démo sur Kinect et c'est vrai que le fait de me voir vraiment derrière l'écran à agir m'a considérablement déplu. De mon côté, je joue surtout pour échapper à la réalité
et devenir quelqu'un d'autre, qu'il ait ou non un visage prédéfini, est quelque chose d'important pour vraiment se détacher de tout ça. Alors, c'est sûr que voir sa face, ça nous fait vite
redescendre sur Terre et forge un certain obstacle dans l'immersion vers un monde virtuel.

Mémoire de joueur 09/03/2012 10:29



Je n'avais pas pensé au problème d'immersion dans le virtuel mais tu as raison, se savoir là présent, se voir, sentir la présence de son soi réel est un frein à l'immertion, après je pense que
les joueurs sont différents, certains préfère le FPS pour s'immerger parce que l'avatar n'est pas ou très peu présent à l'écran j'avoue que moi je préfère les jeux façon TPS, pouvoir voir mon
avatar, mon alterégaux numérique m'aide à m'immerger, peut être même à me dissoudre. Parce que finalement dans le FPS on reste soi quelque part, alors que dans les jeux à la troisième personne on
est un autre



aquab0n 02/03/2012 11:46


Je n'ai pas cette pudeur, par contre qu'est ce que je dis comme gros mots :x


Bien sympa la vidéo maintenant je t'imagine entrain de faire des grimaces devant Saints Row :p

Mémoire de joueur 02/03/2012 13:30



Moi je ne suis vulgaire que lorsque je joue à des jeux de sport, surtout NBA2K là je suis très très vulgaire :p