Quand j'ai acheté Kane & Lynch 2 Dog Days je ne me faisais aucune illusion sur la qualité du titre tant les critiques que j'avais pu voir à son sujet étaient assassines. Je acheté le jeu neuf pour moins de dix euros je ne prenais donc aucun risque et puis j’avais une idée derrière la tête en prenant ce jeu : écrire un dossier autour d'un thème qui serait quelque chose comme série B et jeux vidéo et j'imaginais bien que ce Kane & Lynch 2 Dog Days pourrait très bien s'insérer dans cette optique - c'est avec cette même idée que j’ai laissé Freddy Krueger me convaincre de prendre Mortal Kombat -. Bon acheter un mauvais jeu c'est facile tout le monde peut le faire mais après il faut être capable d'y jouer.

 

Le soir même de mon achat je glissais le jeu dans ma PS3 et je m'apprêtais à souffrir quelques minutes le temps de me faire une idée de l'ampleur de dégâts. Mais avant de se lancer dans le cœur de l'action Kane & Lynch 2 Dog Days nécessite d'être installé dans le ventre de votre PS3. Pendant ce temps là nous sommes bloqués sur l'écran titre et c'est le genre de chose parfaitement chiante en temps normal mais là les choses sont différentes. Nous ne sommes pas devant un écran titre à la con, mais plutôt une sorte de plan fixe ; vous voyez à travers une fenêtre, dehors la vue donne sur les bas fond de Hong Kong, il ne se passe rien, sauf de temps en temps un avion qui déchire le ciel, vous entendez de temps en temps la musique d'une radio qui déverse des nappes d'une mélodie asiatique bas de gamme ; le plan n'est pas parfaitement fixe, le cadre bouge un peu, c'est comme un plan fixe qui ne serait pas tourné avec un pied mais caméra à l'épaule. L'image tremble un peu, l'intensité du son hors champ est irrégulière, on veut nous faire croire à une image amateur, un touriste qui filmerai la vue depuis sa miteuse chambre d'hôtel. Ca ne fait pas de doute, Kane & Lynch 2 Dog Days sent le cinéma ; hors champs, cadrage, mise en scène, même la qualité de l'image. Dès l’écran titre le jeu se pose en objet cinéphilique et tout de suite ça parle à ma culture. Cet écran titre change régulièrement à chaque fois que vous relancez le jeu, le principe est toujours le même, un cadre dans le cadre - fenêtre de motel, vitre de voiture, etc. - un décor urbain, cadre légèrement tremblant et band son réelle au sens où elle provient directement d'un élément du décor hors champ - bruit des chambres voisines à l'hôtel, radio de la voiture, son de la télé, etc. - et à chaque fois l'effet de réalité est saisissant, nous sommes plonger dans l'ambiance.

 

722604-kane-lynch-2-dog-days-playstation-3-ps3-031.jpg


Le jeu se lance et on incarne Lynch archétype du redneck moyen et bas du front, pas beau, plutôt gros, le cheveu long, gras et rare - combo parfait du mauvais gout - porteur de marcel blanc et sale et amateur d'arme à feu. Kane & Lynch 2 Dog Days est un TPS classique, le jeu ne s'embarrasse pas de fioritures et nous plonge rapidement au cœur de l'action. On comprend très vite qu'il suffit d'avancer, de se planquer et de défourailler à tout va les gens qui nous prennent pour cibles. Ce que l'on comprend aussi très rapidement ce sont les limites du jeu, outre un risque de répétitivité on réalise que le plus gros défaut de Kane & Lynch 2 Dog Days c'est l'imprécision des armes. On prend soin de viser, on tire et on se demande ce qu'il se passe parce justement il ne se passe pas grand chose. Il faut vider des chargeurs entiers en direction d'un modeste ennemi planqué derrière une poubelle pour réussir à le tuer. Je me suis demandé parfois si je ne tirais pas avec des balles à blanc ou du gros sel parce que même quand on touche les ennemis il n'est pas rare de les voir se relever et de se remettre à nous canarder. Kane & Lynch 2 Dog Days est le premier jeu auquel j'ai pu jouer où on peut tirer deux fois à bout portant au fusil à pompe sur un ennemi sans être sûr de le tuer ! Il n'est pas question de jouer les tireurs d'élites et faire du head shoot pour décimer les rangs ennemis. Il faut sueur plomb et poudre pour nettoyer les niveaux et c'est d'autant plus frustrant de voir un ennemi planqué derrière une voiture et balancé au hasard une rafale dans votre direction et vous toucher sans problème alors que vous, en visant, en étant proche de lui vous n'arrive pas à le toucher.

 

Il est possible - voir probable - que de telles approximations dans le gameplay viennent à bout de la patience des joueurs dès les premières minutes. Pourtant si on passe outre ces premières minutes de jeu pleines de frustration on va au devant d'un jeu qui réussi l'exploit de faire de son principal défaut de gameplay un élément constitutif d'une ambiance géniale. Parce que derrière ce TPS bancale, nerveux et urbain se cache un hommage halluciné et hallucinant aux films d'actions des années 80/90 époque de fusillades généreuses où pleuvaient les balles par centaines. A cette époque il n'était pas nécessaire de faire pilier le monde aux désirs du héros comme dans Matrix, Inception et autre Wanted ou Tron pour faire un film d'action. La mode c'était plutôt de soumettre le corps du héros aux contraintes de l'espace et à la rudesse des balles et du métal qui fuse et perfore la chaire. Il y avait deux grandes figures de styles dans ce cinéma d'action, la course poursuite en bagnoles et la fusillade interminable. C'est la seconde figure que nous fait revivre Kane & Lynch 2 Dog Days ! Nous sommes là pour vider des chargeurs dans le feu de l'action et les morts sont secondaires, dommages collatéraux d'un jeu où la fusillade prévaut sur le reste. Passé un moment on ne cherche pas à tirer utile, on n'espérer pas tuer de façon parcimonieuse et on commence à prendre plaisir à canarder à tout va. L'imprécision des armes augmente l'impression de fureur et de chaos des fusillades.

 

D'autant plus que si le gameplay est bancale le level design est une vraie réussite. Il propose des espaces classiques conçus sur le modèle couloir / salle / couloire mais qui collent parfaitement avec l'imaginaire lié à cet espace urbain fantasmatique que représentent les bas fond de Hong Kong. Ceux qui ont eu la chance de visiter une mégapole asiatique ont certainement réalisé à quel points les villes sont labyrinthiques ; les boutiques dans les immeubles d'habitations reliées par des passages étroits donnant sur une ruelle débouchant sur l'arrière boutique d'un restaurant par lequel on rejoint la rue qui nous permet d'entrer dans un centre commercial, prendre l'escalier et arriver dans une nouvelle rue, qui se rétrécie jusqu'à un parking ouvert sur plusieurs zone commerciales etc. Un tel urbanisme chaotique est le terrain de jeu idéal d’un TPS, à coup sûr je pense que jamais un environnement urbain ne collera mieux à la logique salle / couloire d'un jeu vidéo que celui de Hong Kong.

 

752604-kane-lynch-2-dog-days-playstation-3-ps3-028.jpg

 

Même si le level design est limité en surface il s’imbrique tellement bien dans la représentation de la ville qu'il en devient génial. Le trait de géni de ce jeu c'est de s'appuyer sur une direction artistique simple, claire et radicale et de ne jamais se départir de celle-ci. Et la direction artistique de Kane & Lynch 2 Dog Days mise la carte du docu fiction ; image façon vidéo amateur et la prise de vu façon prit dans le feu de l'action, vous savez ce genre de film dont le Projet Blair Witch représente l'acte fondateur et dont Cloverfield est une version abouti. Ce qui est intéressant c'est qu'à mon sens ce genre de film est directement influencé par le FPS et sa vu subjective. Nous avons donc là un jeu vidéo qui parle d'un cinéma qui c'est construit sur l'influence d'un jeu vidéo, la boucle est bouclée. Du coup on a la sensation de jouer en étant filmé par un joueur ou un personnage en permanence avec nous dans l'action. Mais ne vous y trompez pas il y a une réelle mise en scène qui d'ailleurs est très efficace pour nous plonger dans l'action. Les scènes d'ouverture de chaque séquence d'action sont je trouve bien pensée, dynamique et maitrisée donnant au jeu un cachet très cinématographique.

 

Le jeu nous faire traverser les bas-fonds avec ce qu'il faut de crasse, de lieux humides aux moisissures galopantes, local poubelle et ruelles sombres où les néons urbains se reflètent des les flaques d'eau croupie. Et comme si ce n'était pas suffisant pour nous faire pénétrer au profond de cette tourbière d'immondice urbaine le jeu nous joue le coup de l'image amateur - lire la mauvaise image - avec ce qu'il faut de sous exposition, de surexposition, de mauvaise compression numérique produisant une image pixélisée et bien sûr cadrage sursautant. Je vous disais l'autre jour que Dead Nation n'était pas un jeu beau dans le sens esthétique mais qu'il était magnifique de parti prit et de geste des lumières. Et bien je considère Kane & Lynch 2 Dog Days dans le même registre ; le jeu n'est pas beau au regard de ce que peuvent produire nos consoles Next Gen mais son parti pris esthétique fonctionne si tellement bien que cela procure un véritable style au jeu. Je préfère nettement un jeu imparfait avec du style qu'un très beau jeu sans cachet.

 

Le jeu est classé PEGI 18 est c'est normal, les dialogues sont orduriers, les scènes sont violentes et la violence gratuite et monnaie courante. Je vous avoue qu'il m'arrive même d'être dérangé par cette violence gratuite, pourtant dans un GTA je ne m'offusque jamais de tuer des passants principalement parce que le jeu est construit autour de cette mythologie. Dans Kane et Lynch 2 je trouve ça un peu différent, le jeu est un TPS avec des ennemis clairement identifiés, gangs, flics, militaires, on tire sur tout ce qui a une arme et cherche à s'en servir contre nous. Mais au milieu de cela il y a des passants, de pauvres travailleuses clandestines et des vendeurs de poissons qui n'ont rien demandé et que vous pouvez abattre d'une balle dans la tête - ou ailleurs - et c'est parfaitement gratuit. Cela n'influe en rien sur votre réputation, sur votre karma, sur l'avancement de l'action, c'est gratuit. Et je trouve qu'étant gratuit ça a un peu plus d'impacte que dans un jeu conçus autour de ce principe. Mais ce n'est pas là où je voulais en venir. Dès les premières scènes vous remarquerez que certains éléments sont censurés par une mosaïque ; une femme nue = mosaïque, un tête explosé par une balle dans la tête = mosaïque, Kane et Lynch nus le sexe à l'air = mosaïque, au départ je me suis dis bordel c'est quoi cette putain de censure, mais en fait je trouve que ça fonctionne à très bien pour renforcer l'idée que l'image est une sorte de docu / fiction télé.

 

kane-lynch-2-dog-days-19_00683331.jpg

 

Avec son level design merveilleusement pensé par rapport à son décor et à Hong Kong il est évident pour moi que Kane & Lynch 2 Dog Days utilise la ville comme un personnage essentiel du jeu. En cela Kane Lynch 2 Dog Days se place dans la veine d'un Heat ou d'un Collatéral deux films pour moi culte de Michael Mann. Cet héritage entre les polards de Michael Mann - qui a débuter comme scénariste de séries policières comme Starsky & Hutch - et Kane & Lynch 2 Dog Days souligne à quel point le jeu se place dans une démarche cinématographique par sa narration et son level design. On peut s'amuser à chercher d'autres ponts et clins d'oeil entre le cinéma de genre et Kane & Lynch 2 Dog Days tout au long du jeu et par exemple trouver que Lynch à une tête de héros que pourrait jouer un Mickey Rourke ou un Kurt Russel de la belle époque. La structure narrative avec ce duo de bad boys au grand cœur trahis et traqués colle tout à fait aux codes basics que les films de l'époque. Jouer à Kane & Lynch 2 Dog Days c'est replonger dans Piège à Hong Kong avec Jean-Claude Van Damme. Retrouver le héros nu et tailladé de partout c'est retrouver Bruce Willis alias John McLane dans Piège de Cristal, Kane & Lynch 2 Dog Days c'est un peu de l'enfer des armes de Tsui Hark avec un peu du Dead or Alive de Takashi Miike, canarder avec le duo Kane et Lynch c'est retrouver un peu de l'arme fatal, Miam vice, etc.,

 

Alors bien sûr si tu n'as pas cette culture du cinéma d'action des années 90, si tu n'étais pas fan de l'Agence Tout Risque étant gamin - vous savez cette série où ils tiraient des centaines de coups de feu sans jamais tuer personne -, si tu ne t'émeu pas devant Rambo qui seul contre une armée gagne des guerre alors c'est certain que tu va détester Kane & Lynche 2 Dog Days tant pour son gameplay approximatif que pour son univers presque désuet. Mais si tu aime tout cela, si comme moi que t'es réjouie de voir Expendables, si tu as la nostalgie des séries policières où il y avait plus de flingues que de microscope alors tu devrais trouver dans Kane & Lynch 2 Dog Days une sorte d'OVNI échappé d'une faille temporelle et qui nous arrive avec l'éclat dépassé d'un genre disparue mais au combien jouissif. En plus si tu trouve un ami qui comme toi partage ce plaisir de la fusillade absurde tu va pouvoir jouer en coop et en écran splité ce qui ne gâche en rien l'aspect old school du genre.

 

Voilà, en achetant ce jeu je ne pensais pas trouver un jeu qui m'inspirerai autant, un jeu auquel je prendrais autant mon pied, parce que malgré ses imperfection, son scénario cousus de fil blanc Kane & Lynch 2 Dog Days est droit dans ses bottes de série B et offre une action qui devrait vous faire bander pour peu que vous aimiez les choses amères, acres et pleine d'aspérités. On est loin de la virtuosité au scalpel d'un vanQuish par exemple, ni spectacle de blockbuster d'un Uncharted 2 mais Kane & Lynch 2 Dog Days offre une expérience de jeu jubilatoire à celui qui a toujours rêvé de se la jouer à la Dolph Lundgren. Pour peu que vous ayez comme moi conscience et connaissance de cette sous culture vous serez aux anges, sinon passez votre chemin vous risqueriez d'être choqués, dégoutés ou pire de vous ennuyer. Mais sincèrement vous attendez quoi d'un jeu vidéo ? Qu'il soit parfait ou qu'il vous fasse une proposition de gameplay radicale ?

Retour à l'accueil