L'immortalité dans les jeux de courses est-elle une fatalité ?

Publié le par Mémoire de joueur

Ce week end Marco Simoncelli jeune pilote en moto GP est mort en course. Premier tour, une glissade, une moto qui le percute et bam son corps comme un pantin désarticulé allongé sur le circuit, tragique tragédie du sport automobile - même si en l'occurrence c'est du sport moto mobile -. C'est violent de mourir ainsi fauché par le feu de sa passion mais la mort est malheureusement - ou heureusement - une donnée constante dans le sport automobile, c'est le contre point qui rend homérique les sports mécaniques. Avec la puissance, la vitesse et la compétition les pilotes ne sont pas exemptés du risque final, celui de mourir. Que ce soit au volant d'une F1 ou au guidon d'une moto aucun pilote ne peut prétendre à l'immortalité. Même si tous sont de vrais trompe la mort il y aura toujours de temps en temps des décès venant rappeler à ces hommes qu'ils sont humains parce que la réalité passe par la mortalité de ses occupant. Mais alors pourquoi dans la course au réalisme que le jeu vidéo a engagé avec la réalité la mort est-elle exclue des jeux de simulation automobile ? C'est vrai pourquoi ? Ne venez pas me parler de pudeur parce que le jeu vidéo tue très facilement dans tous les gens ; on n'hésite pas à tuer à tour de frags dans les FPS, on tue de méchants terroristes, des aliens et ses congénères gameurs, on meurt dans les jeux de plate-forme, on meurt souvent, on meurt beaucoup mais alors pourquoi dans un genre qui revendique toujours plus de réalisme on ne peut pas mourir ? Drôle de pudeur mal placée ou simple échec du jeu vidéo à poursuivre le réel ?

motogp-08-screenshot-big.jpg 

Il y a longtemps que les simulations de sports font un travail de sape pour nous faire croire que la représentation lisse et policée dictée par des angles de caméra imposés par ce que la télévision définie comme norme de la représentation est le sommet du réel. Mais tout ceci n'est qu'une grande et vaste supercherie pas plus Fifa que Forza ne sont des représentation fidèles du réel ; il faudra la mort, la sueur et la peur, il faudra le risque, le stress et l'enjeu pour qu'un jour les jeux de simulations puissent prétendre à une véritable filiation avec le réel, aujourd'hui ils ne sont que des jeux d'utopie dans lequel des pilotes immortels peuvent chuter sans jamais mourir, ainsi va la vie pixélisée des jeux vidéo alors quand la vie de chaire et de sueur Marco Simoncelli est mort emporté par sa passion ; faut il conclure que le jeu vidéo manque de passion je ne pense pas, mais qu'il manque de tripe ça rien n'est moins sûr.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

fermaton.over-blog.com (Clovis Simard,phD) 12/11/2011 11:49



Blog(fermaton.over-blog.com)No.23-THÉORÈME NEVERMORE. L'IMMORTALITÉ ??



Mémoire de joueur 12/11/2011 14:51



tu n'en fini jamais de spamer, mais pourquoi ?



Webgirl 25/10/2011 14:26



Un article fort intéressant sur une question que je ne me serai jamais posée seule, mais qui vaut le coup d'être developpée. Il est vrai que cet aspect réel du jeu est suprenant puisque la mort
n'est pas absente d'autres genres. Je me demande sui pourrait nous en dire + à ce sujet d'ailleurs. En tout cas, concernant Simonelli en particulier, j'ai halluciné de voir qu'on lui avait
consacré 4 secs au JT alors qu'on a passé 10 mns à commenter les résultats des matchs de rugby et foot. Comme quoi même à la TV, la mort reste "accessoire" dans ce genre de sports à risque...



Mémoire de joueur 28/10/2011 11:06



Oui ça serai intéressant de poser la question à quelqu'un qui travail dans un studio bossant sur un jeu de course, je me demande à quel niveau ce genre de décision se prend. Est-ce une direction
"artisitique" qui fait le choix de ne pas mettre de mort dans un tel jeu parce que ça ferai tache ? Est-ce qu'il y a une direction éthique qui impose la chose ? C'est peut être plus probablement
un affaire de droit quand l'éditeur obtient les droits de la moto GP - ou de toute autres sport mécanique - il doit y avoir une clause qui leur interdit de tuer les pilotes. Mais si tel est le
cas je me demande si durant les négociations les éditeurs se battent pour essayer d'obtenir le droit de tuer les pilotes ou s'ils trouvent normal qu'ils soient immortels.


On entend souvent la doxa faire un foin parce que tel ou tel jeu est violent et inciterai les joueurs à la violence, mais ne peut on pas penser que le réalisme de ces jeux de courses associer à
l'immortalité des pilotes/joueurs est tout aussi dangereux parce qu'il ancre dans l'inconscient du joueur un sentiment de toute puissance qui peut trouver échos au sentiment d'immortalité qu'il y
a chez beaucoup d'adolescents.


Ta remarque est vraiment intéressante parce que dans nos médias il est vrai que la mort devient de plus en plus accessoire ; que ce soit celle d'un pilote de course ou d'un soldat on passe vite
sur la chose, si possible sans montrer d'image pour ne pas choquer, bref la mort disparait de nos écrans petit à petit