Aucun joueur n'est parfait - surtout pas moi - et parfois il peut passer à coté de perles et de classiques vidéo ludiques sans le savoir. Je suis un joueur de PS3 et j'étais totalement passé à coté de Mass Effect. C'est bête mais la jaquette ne me disait rien, elle ne me faisait pas rêver et du coup je n'avais pas éprouvé de frustration de ne pas connaitre ce jeu exclusif à la Xbox. Et quand Mass Effect 2 est sortie ça ne m'a rien fait et quand Mass Effect 2 est sorti sur PS3 je suis resté de marbre drapé dans ma belle indifférence. Par chance pour moi les blogueurs ont fait leur travail - même si ce n'est pas un travail mais une passion - car ils ont fait naitre chez moi l’envie d'essayer ce jeu. Et un jour sur Zavvi je vois passer Mass Effect 2 pour pas cher et à ce prix là j’ai craqué. Tout ceci  explique que mes premiers pas sur Mass Effect 2 je ne les ai fait que ce week end. Et là quelle claque ! Dès le l'ouverture, le premier plan de l'Homme Trouble avec en toile de fond une planète ou d'un soleil à la surface mouvante – émouvante - m'a directement fait penser à Solaris - l'original et le remake - et m'a plongé instantanément dans l'univers et l'histoire !


J'ai été pris par ce véritable récit de science fiction, de la vraie Science Fiction - notez que je lui accorde des majuscules - qui immerge et emporte son joueur - à défaut d'être son lecteur ; parce que dans ma tête la science fiction est avant tout un genre littéraire - dans un univers au souffle épique et sombre. C'est une science fiction aux allures d'opéra qui voit loin dans l'espace et dans le temps. Il y a longtemps que je n'avais pas été totalement happé par un univers, que je n'avais plongé vite et fort dans une narration, dans un jeu, une ambiance bref un imaginaire. Bien sûr Mass Effect 2 est un jeu mais je ne crois pas que ce qui importe soit le gameplay, c’est avant tout une expérience narrative. En quelques minutes j'ai pris fait et cause pour le héros - qui est une héroïne rousse parce que je crée toujours des héroïnes rousses si je le peux - et je me suis mis à jouer pour connaitre l'histoire. Quel plaisir ! Cela faisait des années - lumières - que je n'avais pas joué pour l'histoire, pour faire avancer la narration, jouer comme on lit un roman en étant tenu en haleine par le fil narratif autant que par la nature des personnages qui mettent en branlent un univers fascinant par ce qu'ils dévoilent et en contre point par ce qui nous échappe. Quand il faut faire face à une attaque de mercenaires extraterrestres c’est un bonheur de se battre pour quelque chose, se battre pour le récit - le faire avancer et découvrir ce qu’il renferme mais aussi parce que l’on a adhérer au récit qui c’est déjà déroulé et qui nous a conduit à cet instant d’action -. Pour une fois je n’ai pas la sensation de me battre juste parce que le jeu est programmé comme ça ou de me battre juste pour faire monter les niveaux de mon personnages ou récolter je ne sais quel item quelconque.


Au moment où j’écris ces mots je n’ai pas joué longtemps - à peine quelques heures - et j'ai du me faire violence pour lâcher la manette et aller me coucher mais je sais déjà que ce jeu rentrera dans mon panthéon est expérience vidéo ludique à coté de Phantasy Star 2 et Final Fantasy VII. Je ne veux pas non plus jouer à l’arrache comme je ferais une partie d’un jeu de combat pour tuer le temps ou faire une pause. Non je veux que les heures que je consacre à Mass Effect 2 soient des heures nobles au sens où toutes mon attention soit toute entière portée dessus avec la même disponibilité de cerveau qu’il faut pour aborder une œuvre littéraire. Je trouve que la mise en scène, surtout des séquences de dialogues, est particulièrement bien travaillée, très cinématographique elle donne une forme de crédibilité à la narration ce qui rend à mon sens l'immersion plus rapide. Et que ce soi dans sa mise en scène, dans sa trame scénaristique ou dans la genèse de son univers je trouve Mass Effect 2 distille beaucoup de références à des œuvres de science fiction suffisamment importantes pour qu'elles parlent à l'imaginaire culturel - conscient ou non - du joueur positionnant le jeu quelque part entre Blade Runner - le film -, Battlestar Galactica - la série -, les romans de K.Dick et l'univers de Star Wars.

 

En tant que joueur avoir  la sensation de jouer à un jeu enserré dans un maillage culturel que j'apprécie et respect rend l'expérience de jeu plus intense. La l'inscription très claire de Mass Effect 2 au registre culturel de la science fiction fonctionne comme une caisse de résonnance aux mécanismes du jeu. Certes on joue à un jeu vidéo mais pendant que nous avons la manette en main notre esprit érige des ponts, ouvre des portes - d’entrées et de sorties – vers des œuvres culturelles qui existent dans un au-delà du jeu. En un sens c’est en sortant de sa dimension proprement vidéo ludique que le jeu devient encore plus immersif. C’est là pour moi la grande réussite de Mass Effect 2, il se permet d’assimiler une culture en dehors de la sphère vidéo ludique. C'est vrai que lesjeux vidéos semblent avoir plus de facilité à assimiler la science fiction qui traîne encore à son sujet l’idée que c’est un sous genre ou un genre mineur, mais c’est bien ce que j’attends d’un grand jeu vidéo, qu’il ne plonge pas ses racines que dans la culture vidéo ludique et qu’il aille puiser dans des cultures qui lui son étrangère.  

 

Il est vrai que cette expérience vidéo ludique est servie par un graphisme que je trouve réussi tant par sa finesse et généralement ses aspects technique que par ses choix esthétique que par une prise en main simple et précise - et plutôt facile - qui permet de ne pas y penser et donc faire un pas de plus dans l'immersion. Les phases d'action n'en reste pas moins jouissives et haletantes parce que Mass Effect 2 ça reste un jeu ; je ne saurai pas trop dire quel type de jeu, je dirais bien un action RPG, mais ça peut être un FPS RPG ou plutôt un TPS RPG, peut être même juste un RPG sauce action, bref à vrai dire je m'en fous de savoir dans quelle case classer ce jeu, l’important qu’il vous faut retenir c’est que c’est un grand jeu et la claque vidéo ludique que j'attendais. 


mass_effect.jpg

Retour à l'accueil