Duke Nukem, héros d'un FPS mythique, est aujourd’hui plus vieux qu'une bonne partie des gamers next-gen qui agitent leur manette sur du Call Of Duty et voilà que notre Duke Nukem revient après 13 ans d'absence. Treize longues années sans pouvoir rependre ni la cendre de son gros cigare ni sa verve machiste dans un jeu vidéo digne de ce nom. Il aura fallu un bel acharnement de la part des différents développeurs pour mener à bien le retour du vieux Duke. Parce qu'en terme de jeu vidéo 13 ans de placard c'est long. 

 

Il y a quelques jours grâce à Baudalex et son blog Game Select - qui a fait peau neuve - j'ai gagné un code pour tester la démo de ce Duke Nukem Forever sur PS3. Comme tous les vieux gamer j'étais curieux de voir ce que ce vieux Duke était devenu sans pour autant être dans la génuflexion adoratrice de ce monument de la phallocratie vidéo ludique parce qu'il y a 13 ans déjà Duke Nukem ce n'était pas particulièrement ma came. Bref j'ai gagné - le code - j'ai testé - le jeu - et je vous le donne - mon avis - dans le mille : Duke Nukem Forever aurait mieux fait rester au placard. Je m'explique ... 

 

Au siècle dernier Duke Nukem 3D c'est une grosse claque. On avait enfin la possibilité d'incarner un héros sévèrement burné qui savait mettre les deux pieds dans le plat de la bienséance vidéo ludique. L'univers du jeu était adulte ET second degré et surtout le gameplay du jeu tranchait avec ce qu'il se faisait à l'époque ; Duke Nukem 3D c'est tout en même temps un univers qui ne prenait pas le joueur pour un jambon allié à un gameplay aux petits oignons pour rester dans l'imagerie alimentaire. Mais voilà ça c'était au siècle dernier ...

 

1306775105-1306240851-dukenukemforevergold

 

Aujourd'hui Duke Nukem Forever c'est quoi ? C'est la même chose ... pour le meilleur et pour le pire. Et le meilleur c’est peut être ce qui sera le pire, tout dépendra de comment les joueurs aborderons le titre. Les nostalgiques retrouverons - avec je l'espère du plaisir - un gameplay old-school c'est à dire pas vraiment précis et encore moins exigeant mais plutôt jubilatoire pour ceux qui préfèrent le gros bill à la finesse. Les gros bœufs qui aiment quand ça bastone et quand ça saigne retrouveront les armes - délirantes - de Duke toujours accompagnée par des répliques de beauf. Ce qui m’amène donc à penser que les esthètes de l'humour - amateur de Jean-Marie bigard en tête - pourront se gargariser d'un humour misogyne et potache, le même qui les faisaient rire quand ils étaient jeunes, peut-être retrouveront ils aussi un peu de leur jeunesse perdue. Pour les autres joueurs, le titre sent le vieux. Duke Nukem Forever sent la naphtaline !

 

Rien n'a changé dans l'esprit du jeu et si ça pourrait être une qualité ce qui faisait recette à la fin des années 90 ne fait plus nécessairement recette aujourd'hui. De nouveaux héros estampillés "badass" - pensons à Grayson Hunt de BulletSotrm - ont volé la vedette à Duke. Le FPS à connu tant de choses en 13 ans ; avec les évolutions techniques les héros venus piller la succession du vieux beau à cigare et Ray Ban sont plus mordant, plus nerveux, plus forts, plus rapides, plus beaux, plus stylés, plus méchants, plus drôles, plus armés, plus neuf, bref plus en phase avec leur époque. Bien sûr Duke Nukem Forever mise sur la nostalgie et sur l'aura de son héros. Mais pour moi ce n'est pas suffisant. Avec cette démo de Duke Nukem Forever j'ai eu l'impression de remonter dans le temps dans un mauvais trip sous acide. Les graphismes ne semblent sortis d’un autre temps, pas vraiment moches mais pas beaux non plus, le character design est fidèle à ce qui se faisait il y a plus de dix ans et c’est ce qui donne à mon sens cette impression désuète qui colle au jeu. Mais ce qui m’a achevé c’est la séquence où Duke conduit sa Duke mobile. La voiture glisse sur le décor - un modeste couloir en plein air - sans réellement interagir avec l’environnement. On n’avait plus vu ça depuis des années - je voulais citer un jeu de caisse au gameplay aussi pourri mais je n’en ai pas retrouvé dans mon souvenir -, du coup même la démo à réussi à me lasser, elle m'a amusé deux minutes avant d'avoir envie de l’arrêter et de la supprimer de ma PS3.

 

13.jpg

 

A un moment dans la démo on peut arrêter Duke pour boire à une fontaine. A ce moment il penche la tête pour boire - l'écran se tourne donc à 90 °- et on se retrouve à voir l'eau couler à l'horizontal avec dans le fond un couloir vide et derrière nous les bruits d'un combat qui fait rage et à ce moment précis j'ai eu envie de pleurer, il y a quelque chose de d’intensément pathétique dans cette scène ; est-ce que Duke boit de l'eau, ou simplement le fait que dans cette position il semble mort, ou ce couloir aussi rectiligne que vide qui nous fait face pareil à une promesse d’un ennui sans nom que toutes les blagues salaces du monde ne pourrons pas cacher. Quoi qu'il en soit j'ai compris à ce moment que le jeu était mort. En testant cette démo je n'ai pas pu m'empêcher de penser à Stallone dans Expendables. Pour moi les deux œuvres relèvent du même registre, le vieux héros d'une époque révolue qui s'offre un dernier tour de piste comme à la bonne vieille époque. Mais là où Stallone à plutôt réussi son coup Duke échoue parce que techniquement et visuelle le jeu est déjà trop daté ; 13 ans d'attente pour ça, WTF !?!! 

 

Le jeu se veut transgressif mais je le trouve tout juste régressif, on en revient à l’humour pipi caca et mots grossier ; une chose est sûr Duke est plus vieux mais il n’a pas changé : c'est toujours un beauf. Et pour moi ce beauf vidéo ludique est passé du statut de personnage culte à celui de mec ringard. Je trouvais cet humour amusant il y a 13 ans mais c’est peut être parce que j’étais un grand ado. Duke a prit de l’âge, moi j’en ai pris de la graine et il faut croire que mon goût pour cet esprit potache m’a passé même si je peux comprendre que certain apprécient. Pour moi Duke Nukem 3D jouait sur le registre du second degré et de la parodie des séries Z alors que Duke Nukem Forever se parodie lui même passant du franchement drôle au carrément grotesque. En plus histoire de jouer les pisse-froids cette façon de mettre au cœur du jeu ce machisme extrême où les filles doivent être jeunes, sexuelles et soumisses c’est dépassé ; ça sent la bière, la clope et le générique de Téléfoot, bref c’est archaïque et démodé, voir carrément éculé. D’un autre coté on peut y voir un lien avec un fait divers qui fait les choux gras des médias en ce moment ; Duke c'est un peu DSK à la sauce FPS ; Duke aime les femmes surtout si elles sont jeunes et surtout s'il peut se faire faire une fellation par ces demoiselles. 

 

Je ne doute pas que d’autres joueurs vont aimer ce jeu et ils auront certainement raison, en tout cas ils auront leurs raisons qui sont sûrement bien aussi bonne que les miennes et je peux comprendre qu’en multi on puisse s’amuser dans ce foutoir qu’est Duke Nukem mais je pense que c’est un plaisir éphémère. Le jeu porte sur lui trop de stigmates de sa genèse torturée pour espérer être un bon jeu. Ce n’est qu’un aïeul enfui de son auspice qui s’aventure dans un présent vidéo ludique qui ne ressemble plus au souvenir qu’il en avait. Pour moi ce nouvel opus c’est le combat de trop, quand un vieux boxeur avant de sombrer dans l’oubli remet les gants pour un dernier combat pathétique où seuls quelques vieux fans viennent le soutenir et s’aveuglent de leurs souvenirs pour se cacher la misère du réel. Voilà vous savez tout ce que je pense et je pense ce que j’ai dis ; objectif ou non ce n’est pas ma question, maintenant à vous de me dire ce que vous en pensez.

Retour à l'accueil