[Edit] Ceci est la réédition d'un article daté d'Octobre 2012 ; nous sommes donc deux ans après cette petite provocation réactionnaire. Cette réédition est agrémenté d'un texte que j'ai écris en commentaire sur ce même article suite à un commentaire laissé récement. C'est donc une forme de Direct to commentaire de moi par moi pour moi. Et c'est aussi la preuve que j'ai de la suite dans les idées car deux ans plus tard, je continu de penser la même chose.

J’ai du mal à comprends pourquoi on n’arrête pas de nous bassiner avec l’idée que le jeu vidéo est sexiste. Bon c’est vrai que les femmes y sont souvent jolies et joliment courtes vêtues. Mais est-ce suffisant pour appeler cela un problème ? La peinture est, elle aussi, remplie de jolies femmes très joliment représentées, souvent nues ou  à demie-nue, effarouchées mais pas farouches - elles posent nues pour les peintres - et je n’entends pas de voix qui s’élèvent pour considérer le sexisme de la peinture classique comme un argument pour s’en détourner. Et cela peut-être parce que la peinture - l’art en général - véhicule un discours et ne se contente pas de montrer des filles nues. Mais dans le jeu vidéo, en plus d’être sexy, les filles sont des personnages à part entière, des héros, des femmes avec des couilles. Euh je veux dire que ce sont des femmes qui font des trucs de mecs, comme sauver le monde, conduire des karts et tomber amoureuses parce que sauver le monde ça rapproche les gens. Franchement les filles je trouve que vous êtes bien mieux loties dans les jeux vidéo que les handicapés, les religieux, les noirs, les gros, les hommes moches et contrôleur fiscaux ; toutes ces catégories sont sous représentées et quand elles le sont, c’est toujours dans la caricature.

Quand les RPG seront remplis de femmes au foyer dont la quête la plus importante sera de trouver une recette de cheese-cake light et que les jeux de combats seront remplis exclusivement de mecs jouant à poser leurs testicules sur la table pour voir qui a les plus gros alors là on pourra venir me dire que les jeux vidéo sont sexiste ; parce que pour le moment je ne comprends où la présence érotique d’une femme dans les jeux vidéo pose problème.

Sexy peut-être - parfois - mais de là à n'y voir que de faibles femmes ... je ne prendrais pas ce risqueSexy peut-être - parfois - mais de là à n'y voir que de faibles femmes ... je ne prendrais pas ce risque

Sexy peut-être - parfois - mais de là à n'y voir que de faibles femmes ... je ne prendrais pas ce risque

La princesse Peach est une femme. Je suis d'accord.

La princesse Peach se faire enlever. C'est vrai.

La princesse Peach est plus ou moins la récompense ... comme plus ou moins l'est la princesse Zelda. Je suis plus ou moins d’accord ; plus ou moins parce qu’être d’accord c’est, je trouve, accorder beaucoup d’importance au scénario de Mario Bros.

D'accord. Mais faire des jeux comme Mario et Zelda les fers de lance d'une idéologie machiste je trouve cela disproportionné. C'est oublier que depuis le temps la princesse Peach c'est émancipée, aujourd’hui elle conduit des karts, elle fait du foot, du tennis, elle participe aux jeux olympiques et même maintenant elle combat avec les garçons et les animaux et les monstres. Si on est d'accord pour dire que Mario Bros est un jeu sexiste alors il faut aussi reconnaître que la princesse "fragile" des premiers jeux et devenues une femme forte.

Et des femmes fortes il y en a dans le jeu vidéo, plus d'une. Sont-elles une majorité ? Non, pas encore … quoi que … il y a surement plus de femmes fortes que de faibles femmes. Certes des femmes fortes souvent sexy, ou tout du moins jolies, mais fortes quand même. Elles sont là ; Lara Croft la première, celle qui cherche sans cesse a échapper à son image de bimbo, Bayonetta la sorcière castratrice qui s'amuse des clichés, Samus Aran qui pose problème parce qu'on semble la considérer comme un objet de désir simplement parce qu'elle a une poitrine, alors que bon, c'est quand même une femme qui bute des monstres avec des gros canons.

Faudrait-il que la femme cache ses attributs pour ne pas être vue comme objet de désir ? Ou faudrait-il que le regard change et que l'on accepte qu'une femme, avec ses formes de femmes, soit autre chose qu'une femme, une sorte de dépassement de fonction ; faudrait-il que Juliet la lolita qui dégomme des zombis dans Lollipop Chainsaw mette le voile pour que le regard des hommes cesses de la voir comme une aguicheuse et réalise que c'est seulement une adolecente romantique en mal d’amour paternel qui sait aussi manier la tronçonneuse comme personne ? Ce sont aux regards de changer, pas aux femmes. Et des femmes fortes le jeu vidéo continu d'en produire, comme Faith dans Miror Edge, ou ma préférée qui est secrètement Trip, la rousse partenaire de Monkey dans Enslaved. Et même Lana, la faible femme du jeu Amy se révèle être un personnage fort.

Et encore là, je ne parle que des jeux qui me viennent à l'esprit et bien sûr les jeux qui imposent des personnages aux joueurs. Mais dans beaucoup de jeux maintenant il est possible de créer son personnage et de le créer avec des seins et des ovaires virtuels (qui n'en restent pas moins une preuve de l'appartenance féminine du personnage) ce qui permet d'avoir des personnages féminins qui agissent comme des bonhommes puisque les aventures sont unisexes, personne n'empêche une femme de traverser l'aventures des Mass Effect, de Dragon age, Dragon Dogma, Saint Row, etc. Je ne crois pas qu'il y ai des jeux qui limitent les personnages féminins à la cuisine ou à la reproduction - de l'espèce -, je ne suis pas sûr que dans les jeux de baston les personnages féminins soient systématiquement plus faibles que les personnages masculins. Tout ça pour dire que même si la place de la femme est problématique dans le jeu vidéo, nous ne sommes pas non plus dans un état de lieu alarmiste. Je serai plus inquiet pour la place des joueurs, blogueuse, youtubeuse, dans cet univers vidéo-ludique que pour la place des personnages de pixels.

Bien sûr le jeu vidéo n'est pas exemplaire, il hérite des mêmes tares et inégalités qui baignent nos sociétés contemporaines, mais je ne crois pas non plus qu'il soit le plus abusif des médias dans l'utilisation de la femme. Il est vrai que les MMORPG ont hérité d'une esthétique féminine visant l'outrance sexy issue des jeux de rôles papier américain eux même issus des années 80, une époque où si tu avais l'argent, si tu avais la grosse voiture tu allais avoir la femme ...

Pour finir, oui, je suis d'accord au sujet l'imperfection du traitement de la féminité par le jeu vidéo, mais pas de là à en faire un cheval de bataille. Je pense que l’ambiguïté du traitement de la violence est plus important que celui de la féminité.

Bon, je suis d'accord, si on commence à faire une recherche d'image juste sur le terme Street Fighter on réalise que l'esprit de fan, des illustrateurs et des gens dedans l'internet est quand même sacrément tourné vers le sexe et que le jeu vidéo et les héroïnes de jeu vidéo sont mangées à toutes les sauces érotico-pornographique ...

Bon, je suis d'accord, si on commence à faire une recherche d'image juste sur le terme Street Fighter on réalise que l'esprit de fan, des illustrateurs et des gens dedans l'internet est quand même sacrément tourné vers le sexe et que le jeu vidéo et les héroïnes de jeu vidéo sont mangées à toutes les sauces érotico-pornographique ...

Retour à l'accueil