Voici quelques jours déjà que Ubisoft distille fausses rumeurs et vraies images pour faire prendre la sauce autour d'un futur épisode de sa série phare et annoncer un Assassin's Creed : Révélation. Certains peuvent se réjouir mais voilà que ce qui devait être une trilogie et qui aurait pu être une grande trilogie de l'histoire vidéo-ludique devient un vulgaire marronnier du jeu vidéo qui revient tous les ans comme les fleurs nauséeuses d'un Call Of Duty. Ubisoft annonce ce quatrièmes épisode comme l'ultime épisode de la trilogie d'Ezio, une façon de boucler Assassin's Creed II et de préparer le joueur à vider quelques bourses pour un futur Assassin's Creed III qui à n'en pas douter sera lui aussi découpé en plusieurs morceaux. Quand on atteint ce niveau on ne parle plus de suite mais de séquelles boursoufflées d'un jeu qui vend son âme sur l'autel du consumérisme capitaliste.

Les éditeurs découpent leurs jeux en tranche dans l’espoir - et la triste réalité - de nous en vendre toujours plus. C'est un véritable massacre. Pour moi ce l’aura noble, mystérieuse et exotique qui faisait l'essence de Assassin's Creed se trouve diluée dans ces trop nombreuses séquelles. Et nous on se laisse faire, on regarde, parfois on admire et on se prépare à marcher sur Constantinople - ne voyez là aucune velléité de conquête guerrière, je parle juste de faire marcher notre assassin sur les toits de Constantinople -. Comment pouvons nous encore nous attacher à une série si on sait que chaque année un jeu vient s’ajouter aux précédant sans qu’il apporte des changements majeurs ? C’est devenu une routine, un nouveau Assassin’s Creed comme un nouveau Fifa, un jeu qui sort par la force de l’habitude comme l’éternel nouveau roman d'Amélie Notomb. C’est devenu d’un ennui prévisible. Je fais parti de ceux qui pensent que ce qui est rare est cher et pour se faire cher à mon cœur un jeu doit se faire rare que j’ai le temps de l’aimer et de construire autour de lui et de l’attente d’une suite, un véritable espoir.

Messieurs de chez Ubisoft je comprends que ce soit tentant de faire pondre la poule aux œufs d'or tous les ans mais je crois très sincèrement qu'une poule - même de luxe - n'a rien à faire dans une guilde d'assassin tout au mieux sa place est au harem. Je me doute bien qu’un modeste article ne vous fera pas devenir raisonnable et sais aussi qu’il y a bien peu de chance que les joueur décident de boycotter cette séquelle vidéo-ludique d’Assassin’s Creed. Le monde ne cessera pas de tourner mais je ne cesserais pas de trouver cela désespérant que les jeux vidéo nous fassent subir les mêmes affronts que les gendarmes à Saint-Tropez

      assassin-s-creed-revelations.jpg

 

Retour à l'accueil