Il y a les gens qui dénigrent les tags et se moquent à raison des gens qui ont la docilité de les perpétuer et puis il y a des gens qui trouvent mes questions pas totalement connes et ni dénuées d’intérêts et qui éprouvent comme l’envie d’y répondre. Donc d’avance, un grand merci à Léo rédacteur sur le blog Else et Esse et qui en plus a des réponses intéressantes. Alors si toi aussi tu es comme Léo et que tu as envie de répondre au tag de la patate chaude et ses questions à la con où si toi aussi tu as envie de me poser des questions n’hésite pas ; où que tu me trouve je serai ravi d’y répondre ou de te les poser.

 

Q : Quels sont les dangers du jeu vidéo en tant que loisir passion selon toi ?
R : Me faire oublier tout sens de la vie sociale. Ce n'est pas une légende, le jeu peut couper du monde, surtout quand on a -comme moi- une propension à devenir autiste au contact d'un bon jeu. Les débats sur la violence, c'est autre chose. C'est un média comme un autre. Dans les années 70, Mick Jagger était considéré comme le diable par les plus conservateurs. Après c'est devenu Marilyn Manson. Il y aura toujours des fous furieux pour tuer tout le monde ; ceux-là n'ont pas besoin de jeu vidéo de toute façon.

Q : Tu crois qu’en enfer, on trouve des écrans qui font tourner tous les derniers jeux, mais sans manette pour y jouer ou alors l’inverse, des manettes reliées à rien ?
R : Hmmm.. les manettes sans rien. Si l'enfer ne nous bride pas de notre imagination, c'est déjà cela.


Q : D’après toi quel est le meilleur article que j’ai écrit ? - ben quoi il n’est dit nulle part qu’il était interdit de faire un peu de promo pour soi -
R : Celui sur la tendance agaçante du rétrogaming. Je n'ai rien contre les vieux jeux ni contre un coup de nostalgie de temps en temps, mais la plupart des vieux jeux (disons avant l'ère 16 bits) sont aujourd'hui injouables et piquent les yeux, surtout si on n'y a pas joué à l'époque.

 

Q : Plus sérieusement - mais la question précédente compte quand même - pour toi, qui es ou qui sont les blogueurs les plus intéressants à suivre ? Et il est interdit de faire une fausse réponse, je veux des noms !
R : À vrai dire, je ne suis pas énormément les blogs de jeu vidéo (même si le tiens fait partie de ceux que j'affectionne). Je dois avouer que mes principales sources d'info sont les gros pontes. J'aime bien scrolling et games and Geek. Mais la crème de la crème, pour moi, ce sont les journalistes d'IG Magazine, qui me scotchent par leur professionnalisme et leurs analyses vraiment poussées.


Q : Tu ne trouves pas que cela manque de cul dans les jeux vidéo ? Je veux dire, on a du sexy, on a du racoleur, on a des beaux mecs, on a des femmes érotisées, mais il ne se passe presque jamais rien de sexuel, est-ce un manque ? Un vide ? Une erreur ? Ou au contraire tu penses que l’on devrait proscrire tout cela du gameplay ?
R : La première chose qui m'est venue à l'esprit, c'est que s'il y avait du cul dans les jeux vidéo, ça ressemblerait à une gigantesque partie de GTA 4 (les parties chiantes où tu dois sortir avec les gens), avec des sortes de QTE à gérer à la fin. Plus sérieusement, t'as déjà regardé un porno en images de synthèse ? Moi non plus, et ça ne me dit rien : les créas nous font des icônes ultra sexy, mais elles ne gagneraient pas à être dénudées.


Q : Si dieu existe pense tu que dieu s’est accordé un gros sexe s’il est un homme ou des gros seins s’il est une femme ou les deux s’il est transgenre - ce qui me semble le plus probable - ? et s’il ne l’a pas fait pourquoi ne l’a-t-il pas fait ?
R : Même si je ne suis pas croyant pour un sous, j'ai toujours imaginé Dieu comme le Zeus de God of War : un daron bien musclé, bien luisant....et bien membré, of course.


Q : Imaginons que ta réponse précédente ait vexée dieu et que dieu décide de te punir en t’enfermant un an dans un endroit reculé du monde mais il te laisse le droit d’emporter une chose, il te demande de choisir si tu veux emporter un livre, un jeu vidéo ou un film, tu choisi quoi ?
R : Bon, restons dans la thématique jeu vidéo. S'il me condamne à un soft, je prends Resident Evil 4 sur Gamecube (je trouve la maniabilité incroyable sur cette console). J'ai retourné ce jeu à maintes reprises, et à chaque partie j'ai le sentiment (encore aujourd'hui) d'y découvrir quelque chose. (après pour le disque j'aurais choisi What's Going On de Marvin Gaye, une vraie perle).


Q : D’après toi, qui sont les joueurs les plus bizarres : les chasseurs de trophées capables de retourner un jeu juste pour afficher une petite icône, les acheteurs de collectors qui payent des fortunes pour être déçues par le contenu au moins une fois sur deux, les joueurs de jeu facebook qui ne savent pas que l’on peut jouer à de vrais jeux sur de vraies machines ou les rétrogamers qui s’amusent sur des jeux dépassés depuis des décennies ?
R : Je dirais que les joueurs Facebook sont ceux qui m'intriguent le plus. Je ne dis pas que ce n’est pas bien, mais pour ma part j'ai du mal avec les petits jeux (pas les jeux indé, rien à voir). Mais je conçois aussi que l'on ne soit pas gamer hard-core, et que l'on ne ressente ni l'envie ni le besoin d'avoir une console ou un PC de fou. Si le casual a explosé, c'est qu'il y avait un besoin, non ?

Le tag de la patate chaude ; les réponses de Léo

Q : Les émotions que peuvent nous procurer les jeux vidéo sont-elles supérieures, égales ou inférieures aux émotions que peut nous inspirer le monde réel ?
R : Je dirais qu'elles sont à ranger du côté des émotions que nous procure l'art en général. Une musique peut nous rendre nostalgique, un tableau peut nous faire nous évader, un livre peut nous faire réfléchir. Certains softs ont également ce pouvoir fascinatoire ; j’ai notamment en tête Silent Hill. Les sujets abordés, l’esthétique, l’OST….c’est universel, on dépasse largement le cadre du jeu vidéo.
 

Q : Ne crois-tu pas qu’il devrait exister une loi qui empêche les éditeurs de faire trop de suite d’un même jeu ?
R : Je pense surtout qu’il devrait exister une loi qui les oblige à prendre des risques. Si certaines séries tiennent bon (GTA par exemple), la plupart m’ont peu à peu obligé à décrocher. Quand on voit Resident Evil 6, on se dit que Capcom a perdu la foi, et qu’ils n’ont pas dû jouer à un seul jeu sorti depuis 2007. Les jeux sont de plus en plus chers à développer, et les éditeurs sont obligés de trouver des compromis pour que le jeu puisse plaire à un public le plus large possible. En 2013, dans le jeu pop (aventure/action etc) parfait tu dois pouvoir : tirer en courant, assister à des décors de fou furieux, assister à des scènes démentielles, éventuellement conduire, upgrader ton personnage (ton personnage fétiche, puisque les éditeurs ont bien compris le principe du fan service, le tout en étant aidé par des indications contextuelles si tu bloques plus de 3 minutes. C’est la recette, mais on se rend bien compte que les jeux tendent à se ressembler. Et pour en revenir à Resident Evil 6, on voit bien que cette recette ne fonctionne malheureusement pas partout. Aujourd’hui, un éditeur qui te proposerait un jeu dans lequel tu as le même niveau d’exploration que dans les premiers Tomb Raider prendrait un sacré risque...


Q : De tous les réseaux sociaux à quelles notifications es-tu le plus accro ?
R : Ce n’est pas vraiment un réseau social, mais les alertes mail de Wordpress concernant de nouveaux commentaires me rendent particulièrement jouasse.

Et pour retrouver mes réponses à moi rendez-vous ici et pour retrouver les réponses de @Jananass c’est ici qu’il faut se rendre !
Retour à l'accueil