Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mémoire de joueur

Blog = Butin de vide-grenier + Critiques jeux vidéo & films

Mémoire de joueur

Portrait culturel d’un joueur - de moi même

Je suis Rémy aka virtuel_rémy aka Mémoire de joueur aka Le Célibataire Nu aka Ceci est un blog aka Rémy - peut-être photographe - j’ai 34 ans, je suis provincial option campagne, écrivain option chômeur, je suis joueur de jeux vidéo depuis avant l’avènement de la NES et amateur d’allitération et bien sûr je suis l'auteur de ce blog.

1 - Je vais commencer ce portrait en vous parlant de l’édition digipack Tetsuo et Tetsuo II, film radical de science-fiction tourné en noir & blanc et 16 mm avec des moyens très réduits, parabole fulgurante sur l’homme, l’hybridation, la sexualité et la violence avec lequel j’ai une longue histoire. Tout commence il y a une dizaine d’années ; à l’époque je venais d’avoir mon premier lecteur DVD et parallèlement j’étais un amoureux engagé dans une histoire plutôt compliquée - comprendreune histoire merdique -. Comme les histoires d’amour finissent mal, je me fais plaquer, s’en suit une nuit blanche à broyer du noir et dans le petit matin brumeux je décide d’aller noyer mon chagrin dans l’achat compulsif. Direction la FNAC où j’achète Tetsuo et Tetsuo II deux films que je ne connaissais pas et dont je ne savais. Je fais cet achat parce que l’édition est belle et que le pitch du film a l’air barré. Dans la foulée je regarde Tetsuo et je me prends une de mes plus grandes claques cinématographiques devant ce film semi expérimental, torturé et hyper créatif. C’est un vrai coup de foudre. Quelque temps plus tard fier de faire découvrir ce film, je le prête à un ami avec qui je me fâche perdant la trace de cette édition. Voulant racheter le film, je réalise qu’on ne trouve plus l’édition cartonnée mais une bête édition en plastique ; je suis donc obligé de passer par e-bay pour retrouver l’édition que j’avais à l’époque et que je garde en ce moment.

Portrait culturel d’un joueur - de moi même

2 - Ensuite je voudrais convoquer Enslaved Odyssey to the West un jeu pour lequel j’ai une vraie tendresse. C’est un jeu d’action plate-forme dans un univers postapocalyptique qui possède un des plus beaux sens du rythme parmi les jeux de cette génération. À sa sortie le jeu a reçu un accueil très frais, voir froid, de la part du milieu vidéoludique. Je n’accordais donc que très peu d’attention à ce titre - à l’époque j’étais influençable, mais ça n’a pas de lien avec ce qui va suivre -. À la même époque je recevais chaque semaine la visite d’un couple de témoins de Jéhovah pour parler de Dieu. En vérité c’était aussi / surtout parce que la femme du couple était une sublime blonde aux formes parfaites et aux yeux bleus que j’espérais secrète dévoyer de sa vocation divine. Son mari était un mec gentil, pas toujours très malin mais surtout un gamer et un jour il m’a conseillé Enslaved Odyssey to the West. Qu’un témoin de Jéhovah me conseille un jeu est un argument suffisamment absurde pour qu’il me convainque d’acheter le jeu. D’autant plus que Enslaved se déroule dans un univers postapocalyptique, venant d’un témoin de Jéhovah qui prône la restauration du paradis après la fin de la civilisation humaine, je trouvais ça savoureux et intéressant. J’ai découvert une petite merveille, un jeu étonnant de justesse et au sens du rythme parfait. Son ambiance crépusculaire est magnifique et sa BO une merveille ; d’ailleurs c’est le seul jeu dont il m’arrive d’écouter régulièrement la BO en particulier le titre des crédits dont je suis totalement amoureux.

3 - Philip K.Dick Aurore sur un jardin de palmes est une anthologie de Philip K.Dick qui comprend huit de ses romans. C’est un des tout premiers livres que j’ai acheté par moi-même, je devais avoir 16 ans - et oui je n’ai pas acheté de livre avant mes 16 ans, je préférais les CD et bien sûr les jeux vidéo - et des habitudes de lecture réduites au néant en dehors de ce qu’il fallait lire pour les cours de Français. Et puis j’ai découvert les jeux de rôle et au travers d’eux la science-fiction et sur les conseils d’un ami j’ai lu Ubik et j’ai adoré / adhéré à l’esprit de K. Dick. J’ai donc acheté ce recueil de plus de 1400 pages en papier bible ; en faisant cela j’étais sûr que je n’arriverai jamais à tout lire, c’était surtout une façon de se la raconter, de montrer que j’étais un « vrai » passionné. L’été suivant je me suis mis à lire le premier roman, puis le second, puis un autre et à la fin de l’été j’avais tout fini ; c’était une autre époque où il n’y avait pas d’internet pour manger du temps de cerveau et il fallait bien occuper sa solitude. Mais être arrivé au bout de ce qui me semblait être une montagne m’a donné un vrai sentiment de satisfaction ; j’étais désormais capable de lire des gros livres et un jour je serai capable d’en écrire, mais c’est une autre histoire.

Portrait culturel d’un joueur - de moi même

4 - Dictionnaire de l’amour et du plaisir au Japon, je crois que tout est dans le titre, c’est un livre qui ressence / explique / explore 400 mots-clés de la culture érotique japonaise. Je suis fasciné par le fractionnement et la complexité des tendances érotique japonaise. Je ne vais pas dire que ce dictionnaire est mon livre de chevet - même s’il l’a été pendant quelque temps - mais c’est un ouvrage dans lequel j’aime me replonger ; par pur plaisir, pour réveiller / attiser ma curiosité, y puiser de l’inspiration ou simplement pour chercher des pistes de compréhension de cette culture fascinante. Parfois j’ai la conviction ou l’intuition que nous autres occidentaux nous passons en parti à côté du sens de certains titres, surtout des certains RPG, alors je me demande si en essayant de mieux comprendre les codes de l’érotisme je ne trouverais pas certaines clefs de compréhension. On verra si un jour cela donne lieu à certains articles.

Portrait culturel d’un joueur - de moi même

5 - Je vais clore ce portrait avec Dead Rising 2. Avant de passer à la Next Gen et donc à la PS3 j’ai connu un moment d’errance vidéoludique - j’ai eu un Xbox par exemple - accompagné d’un certain désintérêt pour l’actualité jeu vidéo que je suivais de loin et d’un œil. Pourtant le jour où j’ai pu voir tourner le premier Dead Rising j’ai eu un coup de foudre fantasmatique ; vivre / jouer un film de Roméro, qui plus est Zombie, avec un tel degré de liberté et réalisme ça m’a tout de suite fait rêver. J’avais été échaudé / vexé par l’expérience XBox et par esprit de vengeance je ne voulais pas passer à la 360, j’ai donc regardé avec regret Dead Rising. C’est quand j’ai su que Dead Rising 2 serait porté sur PS3 que j’ai commencé à me dire que je pourrais revendre ma vieille PS2 et passer à la suivante. D’ailleurs Dead Rising 2 a été un des premiers jeu que j’ai acheté et que je n’ai jamais fini. Ce n’est pas que je ne l’aime pas, mais je prends un tel pieds à tuer des hordes de zombies dans le centre commercial que j’oublie de finir le jeu. Et de temps à autre je reprends le jeu depuis le début dans l’espoir de le finir. Un jour sûrement j’y arriverai …

Portrait culturel d’un joueur - de moi même

Voilà, le projet est lancé, je donne l’exemple, je ne sais pas si je trouverais des personnes pour participer, mais je l’espère et je suis sûr que des amis blogueurs se prêteront au jeu si je leur demande gentiment. Dans mon idée originale j’envisageais de ne publier qu’un seul objet par jour pour construire progressivement le portrait. Mais pour la première fois et pour donner l’exemple j’ai opté pour un article complet. Je verrai par la suite, comment j’organise la publication. Cela dépendra principalement de la longueur de ce que pourront donner les personnes participant au projet. Il est vrai qu’en véritable blogueur j’aime assez l’impudeur de la confession, de la découverte de l’autre donc ce projet qui permet de parler soi me convient bien, mais je ne sais pas s’il parlera autant aux autres qu’à moi. Nous verrons bien à l’avenir. N’hésitez pas à me dire ce que vous pensez de cet article j’ai besoin de vos retours pour définir la forme de ce projet. Merci

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article