Salutations, je suis Luddovik ou bien Majin suivant où je me trouve sur les internets. Je tiens le petit blog www.majin.net qui est tout récent même si j'erre sur la blogosphère depuis 5-6 ans (sans réelle réussite, je le concède). J'ai presque 26 ans, je vis dans la Drôme et je suis dresseur de fauves dans un collège (je suis pion quoi). J'ai un rapport très sexuel avec le jeu vidéo si bien que parfois je le considère comme mon amant tant je passe des heures dessus. Évidemment ceci est une image, ne vous faites pas des idées. J'ai trouvé le projet de Rémy fortement intéressant et je me livre donc à ce jeu de l'autoportrait avec des objets que je possède.

 

1 - Je pense que je vais commencer par ce qui me représente le plus : le jeu vidéo. Un de mes jeux favoris n'est autre que Fear Effect sorti sur Playstation en 2000. Édité par Eidos (depuis racheté par Square Enix) et développé par Kronos, ce jeu suit les aventures d’Hana, Glas et Deke des mercenaires à la recherche de la fille d'un homme d’affaires chinois. Ce jeu est assez beau pour son époque, il est haut en couleur et est très influencé par l'univers manga. Pourquoi m'a-t-il marqué ? Pour son cheminement totalement beau, violent et surprenant. Pour faire court, on débute le jeu dans une grande ville chinoise (Hong Kong ?) et si au début tout ressemble à un simple jeu d'action, on dévie tranquillement dans un mélange de science-fiction saupoudré d'horreur reprenant des références à l'histoire de la Chine. Je ne peux pas en dire plus, mais il faut y jouer pour comprendre. Au niveau de la jouabilité, le jeu est très rigide et ressemble aisément à un Resident Evil premier du nom avec des caméras fixes et joue sur le contrechamp. Très bon pour l'immersion. De plus les personnages sont assez charismatiques et l’on suit leur évolution en les incarnant chacun leur tour. La fin est alternative si jamais on a besoin encore d'argument pour le refaire.

 

J'ai découvert ce jeu par hasard grâce au petit ami de ma sœur (de l'époque) qui me savait amateur de jeux vidéo. J'avais treize ans, ce jeu est un des amours de ma vie. Je l'avais acheté puis revendu et là je viens de passer par Ebay pour me le refaire avec une bonne vieille PS One que je vais me prendre. Si je me souviens bien, le jeu comporte plusieurs cd ce qui à l'époque me faisait rêver et me faisait penser : « ouahou il doit être très long ce jeu » et puis j'ai joué au jeu X-Files le jeu avec ces 4-5 cd et là je me suis dis : « ouahou il est trop long ce jeu ». Le contenu >> le contenant (parfois, souvent).

Portrait culturel d’un joueur - Majin

2 - Parlons un peu cinéma. Je suis un petit amateur des œuvres de Stanley Kubrick et de David Lynch. Pour ce dernier, je l'ai découvert grâce à Marilyn Manson que j'aime énormément et qui fait une petite apparition dans Lost Highway. Bref abordons M. Kubrick. À 13 ans, je découvre en cachette Orange Mécanique qui m'a bouleversé, remué, traumatisé. Dans le même temps, sous la couette, je pique les Stephen King de mon frère. Je découvre Ça et l'adaptation télé « Il est revenu » qui depuis m'a rendu Coulrophobe (phobie des clowns). J'arpente aussi Jessie, Carrie (puis le film), Misery et enfin Shining qui me mettra une frousse monumentale. Je ne m'en suis toujours pas remis, je crois bien. Ce livre est une merveille de tension, de stress. Shining raconte la vie d'une famille surveillant un hôtel durant l'hiver, le père écrivain tombe dans la paranoïa puis la folie. Le fils lui est doté d'un pouvoir surnaturel. Une histoire prenante, terrifiante. Après avoir lu le livre, je découvre que Stanley Kubrick a adapté le film au cinéma avec Jack Nicholson dans le rôle de Jack Torrence le père dépressif. Ce film divise et à même obligé Stephen King a proposer un téléfilm en 1997. Pour ma part, je l'ai adoré. Kubrick a orienté son film sur la folie du père et ses pulsions meurtrières et à pris le risque de négliger des thèmes important dans le livre. Si on fait abstraction de tout ça, le film est une merveille. Une montée en puissance vers le suspens et la violence. Un trio d’acteurs plutôt impressionnants et surtout une réalisation parfaite. Les plans de Kubrick sont uniques.

 

J'ai vu ce film plusieurs fois, chez des amis et il y a 5 ans je me suis décidé à me payer le dvd. Parfois quand je déprime ou que le moral frôle le néant, je me le mets histoire de me dire que ça pourrait être pire. En plus la jaquette est dingue avec un Jack Nicholson totalement barré.

Portrait culturel d’un joueur - Majin

3 - Jeux vidéo, cinéma et musique. Trois loisirs qui prennent pas mal de mon temps. Avant d'aller plus loin je tiens à dire que Remy n'y est pour rien vis-à-vis du contenu de ce point numéro trois. En effet, je vais vous parler d'un groupe de rock français que j'aime énormément ! Indochine. En ce moment on parle d'eux pour un clip mais j'ai pas envie de m'étendre la dessus. Parlons plutôt musique. Ils sont français, ils utilisent la langue française, les références sont grandes, les influences sont nombreuses, la poésie est présente. On trouve souvent que ce groupe écrit pour plaire aux ados. Ce groupe plait parce que sa musique parle à tout le monde, tout les jeunes comme les plus vieux. Les thèmes sont souvent les mêmes à la base mais très bien mis en prose. Ce qui fait la nouveauté, c'est l'univers développé autour de ces fameux thèmes. Je suis amateur du groupe depuis 1997 (depuis que j'ai 10 ans) et j'ai toujours répondu présent. Pour moi l'évolution d'Indochine est normale. Je possède une discographie plutôt sympa d'eux. Si j'aime énormément l'album Dancetaria (1999) je voue un culte à l'album Alice et June (2005) pour sa pochette magnifique dessinée par Ana Bagayan qui m'a permis de découvrir une sphère de la peinture totalement dingue : « le surréalisme moderne ». Des univers sombres, enchantés peuplés de créatures à la tête difforme et d'enfants aux allures parfois perverses. Pour certains ça impose le mal aise, pour moi c'est une évasion parfaite. Indochine est un groupe avec un univers propre qui se nourrit de tout ce qui l'entoure. Grâce à ce groupe j'ai découvert Marilyn Manson, Nine Inch Nails, Sigur Ros, Antony & The Johnsons etc. mais aussi les films Punishment Park, Ken Park et des artistes comme Ana Bagayan ou Mark Ryden. Indochine a défini ma tolérance au monde mais aussi mon ouverture d'esprit. Pour en revenir à l'album, il est bouleversant et traite de l'amitié de deux filles inspirée par des faits réels. Il contient pour moi un des plus beaux titres du groupe : Crash Me (avec un très beau clip).

Portrait culturel d’un joueur - Majin

4 - Un peu de photo pour la route ? Je vais clôturer ce portrait par un livre que j'ai récemment acheté : Sofa So Sexy de Rankin. Un ouvrage photo très cru et très brute. Rankin est un photographe de mode qui me fait rêver. Tantôt provoc, tantôt chic, il a photographié des stars du showbiz en les mettant souvent dans des situations barrées, il ose aussi la provoc avec des nus très crus et j'en passe. Ce livre met en scène des femmes nues (entièrement) posant sur un sofa. Rien de plus con comme idée sérieusement. Les plans sont très rapprochés et on découvre pas mal de gros plan de l'anatomie féminine. Cela peut ne pas plaire. J'aime la photographie, j'aime la regarder plus que la pratiquer même si je m'y suis déjà essayé. Rankin est un photographe que j'admire au même titre que David LaChapelle ou Dorothy Shoes (son livre Django du voyage est magnifique, je recommande).

Portrait culturel d’un joueur - Majin

Voilà, j'ai abordé que quatre objets que je possède pour évoquer ma personnalité. Je n'en ai pas mis de cinquième non pas par fainéantise mais tout simplement parce que je n’ai pas trouvé. On me voit souvent sur twitter entrain de spammer, râler, critiquer et je suis conscient que je fais fuir les gens alors qu'en fait, je suis toujours en quête de discussion avec d'autres. J'aime papoter de tout et de rien. J'ai pris un vrai plaisir à écrire cet autoportrait pour mettre un peu de relief sur une personnalité que certains trouvent plate. Au plaisir.

 Voici donc le premier portrait de joueur qui ne soit pas moi et c’est à mon sens une première réussite. J’ai lancé ce projet un peu au hasard ne pouvant savoir si les blogueurs allaient jouer le jeu ni comment ils allaient le jouer. Il n’y a pas longtemps que j’ai découvert le blog de Majin mais j’ai tout de suite aimé son sa façon d’écrire et son regard éclectique. Mais je ne le connaissais pas ou si peu ; et à travers les objets culturels qu’il partage avec nous je découvre une personne avec qui j’ai des affinités - le coup de cœur pour Fear Effect, l’admiration de Kubrick et une passion pour la photo - mais aussi des discordances autour d’Indochine, mais le but n’est pas de juger, mais plutôt de porter un regard élargi sur les joueurs. Merci à Majin quant aux futurs portraitisés j’attends vos articles ...

Retour à l'accueil