Sleeping Dogs et deux confrères pour une discussion à 3 ...

Publié le par Mémoire de joueur

Plus on joue aux jeux vidéo, plus les jeux vidéo nous parlent et plus ils se parlent entre eux, s’interpellent, se provoquent, s’observent, se citent, se plagient, jouent à celui qui a la plus grosse, se répondent, etc. Plus on joue aux jeux vidéo et plus notre culture vidéoludique grandie, grossie, se densifie, s’enrichit, se ramifie donnant à nos expériences de jeu un regard plus critique. Et il n’est pas rare que de jouer à un jeu convoque en nous le souvenir d’un autre et souvent l’envie d’y rejouer. En tout cas dans un monde qui ne serait pas trop imparfait les choses devraient fonctionner sur ce modèle.

Et je trouve la chose d’autant plus vraie que l’on joue à un jeu médiocre, ou simplement moyen, c'est-à-dire un jeu qui n’a pas le panache nécessaire pour nous emporter totalement ce qui nous laisse pendant que l’on joue assez de cerveau disponible pour penser, se souvenir et se faire des discussions / articles imaginaire. C’est ce que j’ai fait en jouant à Sleeping Dogs, un jeu pavé de bonnes intentions, mais à qui le manque la moelle pour faire basculer le joueur dans un trip urbain mafieux digne de ce nom. Je vous ai déjà parlé des courses-poursuites et de l’aspect beat’em all vieille école qui sont les deux mamelles du jeu. Mais j’ai éludé l’aspect arme à feu et TPS du titre. C’était surtout parce que les phases de shoot sont assez rares et peut-être aussi parce qu’elles sont assez quelconque. « Quelconque » n’est peut-être le bon terme, disons que les scènes de Gunfights sont calibrées sur un mode que l’on connaît bien ; couverture, visé facile, munition en nombre généreux et quand on sort de sa couverture, on a droit à un effet de ralenti façon « bullet time », permettant de mieux dégommer ses adversaires. C’est donc assez logiquement qu’après un ou deux passages de shoot de ce type, on pense à Max Payne 3. Je me suis même surpris entrain d’avoir envie de rejouer à Max Payne 3 que j’avais abandonné parce que le jeu peinais à me convaincre. Il faut dire que là où Max Payne 3 est dans l’outrance de l’action - et l’action à outrance - Sleeping Dogs est avare de Gunfights pourtant très jubilatoire et juteux. En même temps la parcimonie avec laquelle il distille les échanges de balles opère peut-être à rendre la chose plaisante là où Max Payne 3 m’a conduit à l’overdose - ce qui en même temps est plutôt raccord avec l’esprit du jeu -.

C’est à partir de cette envie d’aller tuer du malfaiteur ailleurs que j’ai commencé à me poser des questions sur la discussion que pouvaient entretenir Sleeping Dogs et Max Payne 3. Oui, sur le gameplay des phases de Gunfights les deux jeux se répondent, les deux jeux sont sortis à quelques semaines / mois d’intervalle, trop peu pour supposer un plagiat même si le développent chaotiques de Sleepings Dogs le rendu sûrement antérieur à Max Payne. Mais est-ce que cela s’arrête là ? Évidemment si cela avait été le cas de ma réflexion, je ne pense pas que j’aurai eu envie d’en faire un article. Quand j’ai joué à Max Payne 3 j’avais été interpellé par le fait que son gameplay semblait entièrement claqué sur celui de John Woo's Stranglehold. Bien sûr, on va me dire que John Woo's Stranglehold s’inspire, lui aussi, directement de Max Payne 2, c’est possible, même probable, mais ça n’élude pas la question de la légitimité de la référence. ? N’oublions pas que Sleeping Dogs se passe à Hong Kong et qu’un des maîtres du cinéma de Hong Kong était John Woo avant qu’il s’exile aux États-Unis. Et l’une des marques de fabrique de ce réalisateur, en plus de l’envol de colombes, ce sont les scènes de Gunfights avec ralentis et acrobaties. Les chroniqueurs jeux vidéo ont presque toujours parlé de l’effet de ralenti de Max Payne comme d’un effet Bullet Time ancrant le jeu de façon assez incongrue du côté de Matrix - même si les ex-frères Wachowski n’ont jamais caché leurs inspirations du cinéma asiatique dans la trilogie Matrix, ce qui ramène d’une certaines façon le bullet time aux maîtres de Hong Kong … - alors que c’est du côté de Woo qu’il aurai fallu chercher la référence

Sleeping Dogs, Max Payne 3 et John Woo's Stranglehold utilisent tous les trois l'effet de ralentit pour mettre en scène leur gunfights. Lequel tombera dans les oubliettes du jeu vidéo ?Sleeping Dogs, Max Payne 3 et John Woo's Stranglehold utilisent tous les trois l'effet de ralentit pour mettre en scène leur gunfights. Lequel tombera dans les oubliettes du jeu vidéo ?Sleeping Dogs, Max Payne 3 et John Woo's Stranglehold utilisent tous les trois l'effet de ralentit pour mettre en scène leur gunfights. Lequel tombera dans les oubliettes du jeu vidéo ?

Sleeping Dogs, Max Payne 3 et John Woo's Stranglehold utilisent tous les trois l'effet de ralentit pour mettre en scène leur gunfights. Lequel tombera dans les oubliettes du jeu vidéo ?

En plus Sleeping Dogs a la judicieuse idée de ne déclencher le ralenti qu’au moment où l’on sort d’une couverture d’une façon dynamique comme en glissant par-dessus une table, en brisant une fenêtre, etc. ce qui implique nécessairement un mouvement et donc une mise en scène de l’action. Avec ce système, on sera quasiment toujours en action vers la cible, ce qui conduit à un mouvement de caméra et donc donne un sens à la mise en scène ; l’effet et la mise en scène travaillent l’un pour l’autre dans une sorte de cohérence. A contrario dans Max Payne, on peut déclencher l’effet n’importe quand, dans n’importe quelle direction - voir sans direction - ce qui a comme conséquence une impression brouillonne de non mise en scène / de foutoir / de chaos. On peut tout à fait défendre que le choix du chaos est un choix de mise en scène, je le respecte, mais à mon sens, c’est une forme de trahison à l’esprit de John Woo - à condition que l’effet de ralenti de Max Payne s’y réfère, ce qui semble être le cas - qui est un réalisateur au contraire de la maîtrise et de la précision.

Sleeping Dogs se lance donc dans une discussion à trois avec Max Payne et John Woo's Stranglehold autour de la question de l’hommage / l’inspiration / la dette qu’ils ont vis-à-vis des films de John Woo qui a posé les jalons du film d’action contemporain sur les triades et de façon plus générale et plus totale encore qui a posé les fondements modernes de la représentation de la scène de gunfights. Et dans cette discussion indécise parce qu’à mon sens chaque jeu est une réponse différente et imparfaite à cette citation, je n’ai pas pu m’empêcher de convoquer Kane et Lynch 2 Dog Days. Je trouve le regard de ce jeu intéressant parce qu’il incarne « la réponse opposée» proposée à John Woo comme figure tutélaire du gunfights. Kane & Lynch est un jeu de l’imprécision balistique et d’une mise en scène de la pesanteur des corps. Si vous êtes des lecteurs habitués des lieux, vous le savez peut-être, j’aime énormément ce jeu, je lui trouve bien des succès dans son audace de réalisation / mise en scène que d’autres prennent ces éléments pour des défauts ou des manquement à la réalisation - comme la « fameuse » imprécision des tirs -. Je lui trouve par exemple une dimension de la déchéance physique du héros plus organique et plus intéressante que la descente dorée aux enfers de cet alcoolique mélancolique Max Payne. Mais surtout Kane & Lynch 2 donne aux joueurs une expérience viscérale de la ville asiatique. C’est difficile à retranscrire par des mots, mais le level design construit autour de cette architecture tortueuse, interpénétrée, sombre et crasse m’a donné une expérience proche de ce que je fantasmais de la mégapole asiatique. Si Sleeping Dogs avait pu s’inspirer de cela le jeu serait passé de GTA like banal et fade au rang de jeu culte à l’ambiance prégnante et totale.

Bien entendu Sleeping Dogs parle avec d’autres jeux sur d’autres registres, mais je ne suis pas là pour faire la liste exhaustive de ces interactions ; je pourrais bien sûr convoquer Assassin’s Creed pour traiter des combats, je pourrais convoquer Die Hard trilogy sur Playstation qui contient tout ce qui fait Sleeping Dogs avec son mélange de course et shoot à la troisième personne, mais on pourrait aussi s’attarder sur les discussions que Sleeping Dogs entretient avec le cinéma ; les films de gangsters chinois sont légions, le genre et ultra codifié mais on pourrait aussi aller chercher ailleurs comme dans un monument tel que Scarface. La scène du mariage qui dégénère en fusillade à laquelle Wei en costume blanc échappera et finira avec le haut de son costume maculé / imprégné / imbibé de sang rappellera certainement des choses à ceux qui ont vu et revu Scarface j’imagine.

la scène du mariage de Sleeping Dogs reprend le costume blanc de Tony Montana mais surtout elle ressemble beaucoup de par ses décors et son architecture à la scène finale du film

la scène du mariage de Sleeping Dogs reprend le costume blanc de Tony Montana mais surtout elle ressemble beaucoup de par ses décors et son architecture à la scène finale du film

  Bref, tout cela pour dire quoi ? Que j’ai terminé Sleeping Dogs, que le jeu est suffisamment bon pour avoir envie d’aller au bout et que le jeu est suffisamment mauvais pour que l’on y joue en pensant à d’autres jeux. Et pour dire que ce jeu m’a conduit à revisiter mon passé vidéoludique, créer des ponts / liens / passerelles et qu’à la lumière de ces connexions-là un jeu peut nous apparaître meilleur ou plus mauvais. C’est le lot de tous les jeux et de tous les joueurs ; nous jouons avec chacun un background différent et la nature même de ce background nous permettra de plus ou moins apprécier certains jeux. Et vu que nous étoffons notre background à chaque fois que l’on joue à un nouveau titre, il est naturel que nos perceptions des jeux précédents évoluent - ou se confirme -. Cela m’amène à croire que le culte des jeux cultes opère d’une sorte de volonté inconsciente d’uniformiser nos perceptions des jeux afin de pouvoir mieux les partager. Enfin ce n’est qu’une idée qu’il me faudra fouiller avec vous. Sleeping Dogs m’a donc permis de rehausser mon jugement sur Max Payne 3, sans pour autant faire de lui un de mes grands jeux et il m’a permis de confirmer mon adoration pour Kane & Lynch 2 Dog Days, en tout cas jusqu’à ma prochaine expérience sur un jeu de tir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

for more details 12/11/2014 12:17

Well this is something that is so nice about the future. Most of you people would like this whole idea of bringing back a classic anti-hero movie back to a game. But what interested me more is the much aviated sequel of an epic game.

Liryc-Sama 28/05/2013 22:51

Très intéressant :D Content de voir que j'ai parlé de la paternité de Woo dans mon test de Sleeping Dogs! Le maître du cinéma de HK! NORMAL quoi

Liryc-Sama 28/05/2013 23:00

Je ne sais pas quoi dire de plus donc je le dis: GRAVE

Mémoire de joueur 28/05/2013 22:57

On devrait parler de sa paternité dans tout les jeux de shoot avec des guns tant il a marqué le cinéma d'action qui a inspiré ces jeux ^^

Vince 11/04/2013 00:20

Je suis en train de jouer à Sleeping Dogs et j'ai Max Payne 3 derrière donc ton article m'a intéressé. J'avais abandonné Stranglehold car je le trouvais beaucoup trop arcade. Au vu de ce que tu écris, j'espère ne pas être déçu par MP3

Vince 29/05/2013 00:12

ça y est ! Je l'ai terminé ^^ (enfin ça fait 2 semaines mais j'avais zappé de revenir !)
Et bien mon ressenti est encore meilleur qu'au démarrage du jeu :-)
J'ai vraiment kiffé ce GTA like Shenmuisé. Le scénar aide pas mal je trouve.
J'ai repensé à une des phrases de ton article :
"le jeu est suffisamment bon pour avoir envie d’aller au bout et que le jeu est suffisamment mauvais pour que l’on y joue en pensant à d’autres jeux"
Et bien pour moi il a été tellement marquant que je n'ai pas arrêté d'y penser pendant Dead Space 3. J'ai même téléchargé les musiques du jeu pour ma voiture ! (24Herbs - No Brothers notamment)

Le système de combat évolutif est très intéressant (je crois que c'est ça qui me faisait penser à Shenmue. ça et l'univers libre Chinois peut être)

Bon, avant d'attaquer Max Payne 3, j'ai ces jeux là à finir :
Assassin's Creed 3
Bioshock Infinite
Tomb Raider
Crysis 3
Borderlands 2
Hitman Absolution
A+

Mémoire de joueur 12/04/2013 11:35

ce n'est pas faux, il y a un peu de l'ambiance de Shenmue qui ressort de ce jeu. Je ne sais pas si tu as déjà joué à la série Yakuza mais je trouve que l'on y retrouve entre plus l'esprit de Shenmue

Vince 12/04/2013 00:05

Yes, je te redirais quoi.
Plus j'avance dans Sleeping Dogs et plus il me fait penser à Shenmue :-)
Bon Shenmue qui a rencontré GTA mais le grand Shenmue quand même !

Mémoire de joueur 11/04/2013 22:01

je n'ai pas compté pour Sleeping Dogs, je dirais à vu de nez une quinzaine je crois. Si tu trouve le côté Rail Shooter trop prononcé dans Stranglehold j'ai peur que tu sois déçu par Max Payne 3, ce n'est que ça, enfin je suis curieux d'avoir ton retour quand tu aura testé

Vince 11/04/2013 14:20

Quand je parle de trop arcade pour Stranglehold c'est pas seulement pour les bullet time lancé n'importe comment, c'est pour le côté "rail shooter" et l'IA des ennemis. Du coup, je finis Sleepings Dogs (combien d'heure pour toi ?) et j'attaque Max Payne 3 pour me faire une idée !