Articles avec #culture populaire tag

Publié le 26 Septembre 2016

Les chineurs et autres accumulateurs d’objets trouvés en vide-greniers sont de grands optimistes toujours prompts à dire qu’ils sont rentrés avec biens des biens qui leurs font bien plaisir. Mais la vérité est partout et pour tous pareil ; il y a des week-ends où nous faisons de bonnes pioches et d’autres week-end où nous faisons bonne figure. Au début de septembre je suis allé chiner sur un vide-grenier et je n’ai pas eu à faire bonne figure en rentrant, j’étais vraiment très content de ce que je rapportais. C’était un vrai vide-grenier de village avec les exposants en bas de chez-eux, esprit de famille très convivial qui sent les ventes faites pour faire le vide chez soi sans chercher à faire des sous pour des sous.

Tout à commencé lorsque je me suis arrêté devant le stand d’un jeune couple qui avait étalé sur le trottoir un certain nombre de jeux PS3. Un jeune garçon était en train d’acheter et négocier un jeu et je le laissais finir en regardant les titres présents et en laissant trainer mes oreilles pour jauger de la fourchette de prix. J’entends le vendeur annoncer 2 euros pour le Call of Duty je sais pas quoi qu’achetait le garçon et dans mon for intérieur je me suis dit cool les jeux ne sont pas chers. J’attends la fin de la transaction puis je me présente au vendeur avec deux jeux, Just Cause 2  et Injustice les dieux sont parmi nous et je demande le prix. Le vendeur hésite, il me regarde puis me répond 5 euros pour Just Cause 2 (non mais pourquoi ?) et 3 euros pour Injustice. Ça reste des prix tout à fait raisonnables mais je suis un peu déçu, et suivant une logique de vide-grenier je ramasse deux autres jeux, Jonah Lomu Rugby Challenge et Minecraft Playstation3 édition et je lui demande s’il accepterait de me vendre les quatre jeux pour 10 euros. Il fait mine de réfléchir et accepte rapidement et tandis que je sors mon billet de dix je me réjouis intérieurement.

Si je me réjouis ce n’est pas tant pour le prix plus que raisonnable, c’est surtout parce que je viens de mettre la main sur deux jeux que je cherchais vraiment. Just Cause 2 c’est un jeu que j’ai connu en dématérialisé et auquel j’ai pas mal joué. Tant que je n’ai pas essayé le Far Cry 3 que j’ai trouvé la semaine d’après en vide-grenier, je peux dire que Just Cause 2 est mon jeu bac à sable préféré sur PS3 ; la surface de jeu est immense, on peut piloter des voitures, des motos, des quads, des touk touk, des hélicoptères, des avions, et sûrement d’autres véhicules que j’oublie. Bien sûr on peut tuer des gens, faire de la chute libre, tuer des gens en faisant de la chute libre aussi. En fait le jeu brille par son vide, mais ce grand vide laisse une très grande place à la projection et à l’amusement. Se plonger dans Just Cause 2 c’est comme passer une longue après-midi sur une plage de sable fin, c’est beau, c’est plaisant, on n’a rien à faire, on pense à autre chose et au final on ne voit pas le temps passer. J’aime ce jeu et je trouvais dommage de ne pas le posséder en version physique parce que j’avais été obligé de le supprimer de la console pour gagner de la place.

Le second jeu que je me réjouis d’avoir trouvé c’est tout bêtement Minecraft parce que même si je connais plutôt bien le principe pour avoir vu arriver le jeu, sa hype et sa communauté au fil des années et des vidéos sur Youtube, je n’avais jusqu’à présent jamais joué à ce jeu. Je parlais de jeu bac à sable dans le paragraphe précédant, voilà un titre qui a érigé le bac à sable à un niveau cosmique ; d’ailleurs Minecraft n’est pas tant un jeu bac à sable qu’un god game. J’ai lancé le jeu, je peux dire maintenant que je connais la sensation d’être projeté dans un univers à la sauce Minecraft, et j’ai trouvé ça plaisant. Par contre si j’aime jouer dans le sable, je ne suis définitivement pas assez patient pour me prendre pour dieu mais qu’importe ça ne change rien au fait que je sois heureux de rentrer ce jeu.

Bien évidemment j’ai aussi testé les autres jeux que j’ai achetés ce jour là et j’ai aimé faire quelques matchs de rugby parce que je n’en avais pas l’habitude et que d’avoir à acquérir des réflexes différents du foot ou du basket que je joue plus souvent ça m’a fait kiffer. Même si le jeu est un peu lent il est agréable et puis vous le savez peut-être j’aime beaucoup jouer les archéologues vidéoludique du sport en me replongeant dans les équipes sportives figées dans leurs sédiments vidéoludique et donc explorer les saisons passées du Top 14 Orange (je ne suis même plus sûr que le naming du Top 14 appartienne toujours à Orange) est très amusant.

Pour Injustice les dieux sont parmi nous j’avais téléchargé la démo quand elle était disponible sur le PSN et j’avais eu une très mauvaise impression du jeu. Du coup je n’avais pas cherché à mieux le connaître. Ici j’ai eu la chance de tomber sur l’édition ultime avec tous les nouveaux skins, six personnages supplémentaire par rapport à la version de base et des missions en plus, et c’est déjà sympa d’avoir cette ultimate édition. Lorsque j’avais testé la démo j’étais encore dans l’esprit Marvel, les films bien sûr mais surtout le jeu de combat Ultimate Marvel vs Capcom 3 un jeu porté sur la vitesse, les combos, la nervosité, le remplissage d’écran avec des coups spéciaux et la surenchère  alors quand je suis arrivé sur Injustice je n’ai trouvé qu’un jeu gauche, mou et lent ayant trop de liens avec le grotesque Mortal Kombat. Mais depuis ce temps j’ai vu les films DC, notamment les Batman, les Superman et l’affrontement des deux, et j’ai suivie les séries DC Flash, Arrow, Legend of Tomorow et du coup j’ai appris à apprécier l’aspect plus lourd de l’univers DC. Et quand j’ai lancé le jeu j’ai eu une nouvelle impression, tout de suite j’ai apprécié de retrouver des personnages qui étaient devenus plus familiers pour moi. Ensuite j’ai eu la sensation que la forme de lourdeur (en comparaison à d’autres jeux de combat) du titre correspond bien à la pesanteur d’un Batman par exemple. Et puis j’ai trouvé ce jeu très beau pour de la PS3 avec une direction artistique fidèle à l’esprit des personnages pour les décors et pour les personnages eux même. Mais ce qui m’a le plus séduit je crois que ce sont les interactions possibles avec le décor, facile et fun et juste ce qu’il faut démesurée pour donner du punch aux combats. Bref alors que je pensais le tester puis le ranger je me suis pris de plaisir pour ce titre et du coup j’envisage une double critique à l’avenir qui mettra en scène Injustice les dieux sont parmi nous et le très peu probable Mortal Kombat vs DC Universe.

Dix euros pour quatre jeux PS3 qui me régalent que demander de d’autres ? En plus les quatre jeux sont en superbe état, complet et j’aurai pu dire sans traces de colle si Micromania n’avait pas eu l’excellente idée de coller ses sticker de prix directement sur la jaquette papier de Jonah Lomu Rugby Challenge

 

Non mais, Micromania, l'étiquette collée sur la jaquette papier ??? J'espère que vous avez virés le stagiaire qui a fait ça ;)
Non mais, Micromania, l'étiquette collée sur la jaquette papier ??? J'espère que vous avez virés le stagiaire qui a fait ça ;)

Non mais, Micromania, l'étiquette collée sur la jaquette papier ??? J'espère que vous avez virés le stagiaire qui a fait ça ;)

Ce jour là je n’en suis pas resté à cela donc je vais continuer à relater mes trouvailles de ce matin là. Je me baladais, je chinais, et je vois un jeu DS, en boite, complet avec sa notice ; un jeu de Square Enix qui sent bon le plaisir old school même si cette version est exclusive à la Nintendo DS, un jeu qui s’appelle Children of Mana. Lorsque j’ai vu le titre j’ai eu peur que la vendeuse m’annonce un prix prohibitif parce que même si j’avais envie d’acheter le jeu par nostalgie pour la série, je n’avais pas un besoin impérieux de le posséder principalement parce que je n’ai plus de DS. Donc je demande, elle me répond 5 euros, je vérifie bien que le jeu est complet, il n’est, en bon état, il l’est, avant de m’offrir Children of Mana sur Nintendo DS pour 5 euros, ce n’est pas l’affaire du siècle, mais je ne crois pas non plus que ce soit une mauvaise affaire.

Je n’ai plus de DS, mais depuis que ma sœur m’a donné sa Wii je possède dans mon garage une Wii noir, en boite, je suppose complète mais sans jeu. Et ça fait un moment que je me dis que je vais me constituer une Wiidothèque exclusivement en vide-grenier est à prix raisonnable. Je pensais que ça serai plus facile que cela, mais jusqu’à présent je ne croisais soit que des jeux qui ne m’intéressaient pas, soit des jeux bien trop chers pour moi. Ce matin là à un moment je repère Super Mario Galaxy et Super Mario Galaxy 2. Les boîtiers ne sont dans en très bon état mais les jeux sont complets du coup je demande le prix et le vendeur me répond 5 euros. Je demande 5 euros par jeu ? Non 5 euros pour les deux, alors là qu’importe l’état du des boîtiers, il faut savoir que je n’ai plus fait de Super Mario depuis la Super Nintendo, j’ai testé le Mario 64 mais je ne l’ai jamais fini et mis à part un peu de Mario sur DS je suis passé totalement à côté des Mario Game Cube puis Wii. Donc à ce prix, j’ai sauté sur l’occasion pour les rentrer et en faire les deux premiers titres de ma Wiidothèque chinée. Il ne me reste plus qu’à brancher la Wii pour tester tout ça.

Ce jour là j’ai aussi trouvé des jeux PSP mais je vous ai déjà présenté ces jeux ; je suis donc à jour de ce vide-grenier là et ça c’est cool ! Merci de votre temps de cerveau pour cette lecture.

Il y a bien longtemps que je n'ai pas acheté du Nintendo

Il y a bien longtemps que je n'ai pas acheté du Nintendo

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 21 Septembre 2016

L’art de faire les choses dans le mauvais ordre reste toujours un art ; ce week-end, petits vide-greniers matinaux dans cette fraîcheur qui déclame sur les rayons paresseux du soleil que l’été se termine. Je n’ai pas fait mille et une trouvaille, juste de quoi avoir la sensation d’avoir bien dépensé mes maigres euros. J’arrive sur un stand et je vois quelques jeux PS3, j’en saisi deux et j’attends que la vendeuse ai terminé sa vente pour lui demander son prix. Sur des objets sans aucun lien avec le jeu vidéo je l’entends donner des prix que je trouve bien bas, je reste patient et confiant ce qui me laisse le temps de repérer un exemplaire des Fleurs du mal de Baudelaire que j’ai décidé d’accumuler eux aussi.

Une fois la vendeuse libre de ses ventes précédentes je la salue et lui montre mes deux jeux et mon livre de poésie en lui demande son prix. Elle hésite un instant et me dit « 4 euros, il y a quand même des jeux ». Parfait pour moi, je considère donc qu’elle m’offre Les fleurs du mal et je paie mes deux jeux PS3 4 euros ; il y a Moto GP 15 et surtout un jeu que je voulais tester c’est Far Cry 3. Il se trouve que dans un vide-grenier dont je n’ai pas encore chroniqué le retour j’ai trouvé Juste Cause 2, un jeu que j’aime bien, que j’ai fais en dématérialisé et que je voulais rentrer en support physique ; c’est à mon goût le meilleur des jeux bac à sable, à condition de prendre l’expression au pied de la lettre. Son espace de jeu est vaste, varié et vide ; idéal pour jouer aux petits soldats en guerroyant avec les milices locales et idéal aussi pour jouer aux petites voitures, voir aux petits (et gros) avions et hélico. Bref un jeu vaste pour son terrain de jeu, plutôt joli et vide, parfait pour jouer sans réfléchir, genre en écoutant la radio ou un podcast. Bref, qu’importe ce que je pense de ce jeu l’important c’est juste que j’ai souvent entendu dire que Far Cry 3 était LE meilleur jeu bac à sable et avec son île paradisiaque en mode monde ouvert. Et comme je rejouais à Just Cause 2 je me disais que je devrais tester Far Cry 3, et voilà que quinze jours après avoir trouvé l’un je trouve l’autre, qui plus est pour 2 euros, dans un état parfait et complet pour ne rien gâcher.

On ne va pas se cacher que Moto GP 15 j’ai moins d’espérance et d’attentes pour lui. Au fond, je l’ai pris pour me faire une mise à jour, parce que je n’ai pas dû jouer à un jeu de moto depuis Super Hang On et je me dis que le genre à dû un peu évoluer depuis … En plus c’est un vilain mensonge que j’écris là, puisque le dernier jeu de moto auquel j’ai joué ça doit être Road Rash 3. Et pour ce prix de 2 euros c’est difficile de résister à l’envie de tester un jeu ; si j’avais dû genre y jouer en arcade je suis sûr que ça m’aurait coûté plus cher. En même temps je n’ai pas mis les pieds dans un game center depuis un certain temps aussi … Bon le jeu est en super état, le boîtier nickel par contre il n’y a pas la notice. Je ne sais pas comment je vais faire pour comprendre le jeu.

Un peu plus loin en chinant des bouquins j’aperçois en livre de poche Alien 3. Il y a peu de chance que je me plonge dans la lecture d’un film que je ne connais que trop bien. Mais j’aime bien l’objet livre et puis qui sait, si je le mets au toilette je pourrais certainement réussir à le lire. Du coup pour 50 centimes je l’ai embarqué avec moi. Et c’est tout ce que j’ai trouvé le samedi.

Je n'avais jamais réalisé qu'un livre de poche faisait plus ou moins la taille d'un jeu PS3

Je n'avais jamais réalisé qu'un livre de poche faisait plus ou moins la taille d'un jeu PS3

Le dimanche je retourne chiner avec ma petite amie et je ne trouve rien d’excitant dont je puisse faire l’étale dans cet article ; jusqu’au moment où je tombe sur un stand avec quelques jouets et figurines. Il y a un moment que je croise ces figurines en plastique dur représentant des animaux ou des chevaliers souvent vendues trop cher pour ce que j’accepte de dépenser (souvent autour des 10 euros en brocante). Je n’avais jamais trouvé jusque là l’origine ou la marque des figurines ne voyant aucunes traces dessus. Là n’ayant rien acheté je demande le prix et la femme me répond un truc du genre les Papo 5 euros celles qui ont leurs armes et 4 les autres. J’avoue que j’ai eu un petit coup de cœur pour ce guerrier mutant tigre avec ses deux armes et je l’ai pris sans négocier. J’étais content d’avoir acheté cette figurine et aussi content d’en connaître la marque. Du coup en rentrant j’ai regardé les prix des figurines neuves pour voir que 5 euros complet en vide-grenier reste un prix correcte. Mais j’ai aussi vu que j’avais déjà acheté deux figurines Papo cet été, deux figurines de la même gamme, un guerrier mutant alligator à qui j’avais bien vu qu’il manquait ses armes mais que je trouve très classe et vraiment bien réalisée et un dragon de combat à qui je pensais qu’il manquait le cavalier puisque le dragon est pourvu d’une scelle. Là du coup en cherchant un peu j’ai vu que mon dragon était complet, qu’il était vendu sans cavalier, première bonne nouvelle et en plus j’ai réalisé que j’avais fait une bonne affaire parce que j’avais acheté mon guerrier alligator et ce dragon référencé je ne sais pas pourquoi Cyber Dragon pour 1 euro pièce alors qu’il se vend une petite vingtaine d’euros. Maintenant que je connais l’existence de cette gamme j’avoue que je serai content de trouver le Rhino mutant et surtout le Gorille Mutant !

Vraiment ce crocodile mutant est trop classe je trouve, le tigre mutant aussi et le cyber dragon dont je cherche encore l'aspect cybernétique j'hésite entre classe et kitsch
Vraiment ce crocodile mutant est trop classe je trouve, le tigre mutant aussi et le cyber dragon dont je cherche encore l'aspect cybernétique j'hésite entre classe et kitsch

Vraiment ce crocodile mutant est trop classe je trouve, le tigre mutant aussi et le cyber dragon dont je cherche encore l'aspect cybernétique j'hésite entre classe et kitsch

Et c’est sur ces achats finalement modestes et raisonnables que j’ai clôturé mon week-end de vide-grenier ainsi que cet article. Les achats de ce week-end ne seront donc pas chroniqués en retard, par contre pour ceux des semaines précédentes … Merci à vous de me lire et parfois de me commenter.

Fichtre j’allais oublier un jeu. En même temps ce n’est pas non plus le jeu du siècle (quoi que …) c’est le GTA San Andreas, la version PC. J’ai pris le jeu à 1 euro parce qu’il était complet avec son petit guide touristique et son poster. Et si je ne suis pas bien placé pour dire si GTA Sans Andreas est le jeu du siècle ou pas, je sais en revanche que cette licence est iconique du jeu vidéo et c’est ce qui m’a convaincu de la prendre dans cet état. Cette fois le retour est fini.

Cette fois là vous c'est fini, vous pouvez fermer la page, ou laisser un commentaire

Cette fois là vous c'est fini, vous pouvez fermer la page, ou laisser un commentaire

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 20 Septembre 2016

A peine avais-je eu le temps d’arriver sur le lieu de nos vacances que j’embarquais ma petite amie pour aller chiner dans un vide-grenier ; j’ai eu envie de lui dire qu’il n’y avait rien de tel pour découvrir une région mais je n’aurai pas assumé ce mensonge idiot, juste le plaisir de chiner hors de nos sentiers battus.

Retour dans le temps …

J'ai appris l'existence du cycle de Dune lorsque j'étais au collège, encore jeune adolescent timide. C'est à cet âge que l'on commence à s'émanciper de la culture familiale pour conquérir la sienne. C’est à cet âge que j’ai découverts le jeu de rôle et par son biais tout un pan de la culture de l'imaginaire. Il y avait dans ma jeune bande de d’amis rôlistes un garçon qui avait tout vu, tout lu et à qui cela conférait une forme de légitimité à guider les autres. C’était notre leader d’opinion et notre influenceur et j’avoue que je n'ai jamais cherché à savoir s'il avait réellement lu ces livres et vu ces films dont il nous parlait. C'est par lui que j'ai entendu parler de façon très élogieuse du cycle de Dune de Frank Herbert.

En bon petit soldat cherchant à s'intégrer en suivant les conseils de lecture du leader j'ai essayé de lire Dune mais le livre m'est tombé des mains bien avant la fin du premier tome. Je suis donc passé à côté de cette première rencontre avec l’œuvre culte. Quelques temps plus tard j'ai raté ma seconde rencontre avec Dune lorsque ce même ami m'a prêté le film en VHS. Je trouvais déjà le texte touffu, dense et baroque, mais le film, celui de 1984 réalisé par David Lynch, je l’ai trouvé carrément barré et presque inaccessible à l’adolescent dont la culture n'est pas encore forgée que j’étais. De ce premier visionnage je n'ai gardé que peux de souvenirs précis, des corps boursouflés, des discours sceptiques et un sentiment de malaise. Ce n'est que l'année dernière que j'ai réessayé de voir ce film et qu'il m'a enfin laissé un sentiment différent.

Pourtant la guerre des maisons Atréides et Harkonnen, le désert infini d’Arrakis peuplé de Fremens et des vers des sables géants, l’épice tout puissant j'en ai connaissance sans avoir lu les livres ni vu le film parce qu'au début des années 90 aussi j'ai découverts le jeu vidéo Dune II :  la bataille d'arrakis sur Megadrive. Il y avait toute l’essence de Dune dans ce jeu mêlant stratégie militaire et exploration. J’ai dévoré ce jeu. Je goûtais enfin à l’esprit du cycle.

Retour dans le présent d’un vide-grenier …

Même en vacances au bord de l'eau je ne manque pas une occasion de chiner. Sur un stand de bouquiniste je vois un coffret cartonné contenant trois ouvrages du cycle de Dune ; Dune, Le messie de Dune et Les enfants de Dune. Après une infime négociation je pars avec les trois livres et leur coffret carton fatigué, c'est-à-dire légèrement déchiré et usé pour 2€50. C’était l’occasion de me lancer une nouvelle fois à la conquête du cycle de Frank Herbert. J'été sur la plage, les pieds dans le sable de la plage, le soleil du mois d’août pouvait me faire songer à Arrakis et j'ai succombé rapidement à la prose baroque du roman. Il faut croire que je suis enfin prêt à conquérir cette œuvre.

Le petit souci c’est que je n’ai pas fait attention au moment de l’achat. En regardant le coffret, j’ai bien vu trois ouvrages et j’ai supposé qu’il y avait un livre pour chacun des trois épisodes du cycle de Dune. Je n’avais pas fait attention que Dune, le premier roman du cycle, avait été découpé en deux tomes dans cette édition et qu’il me manque le premier tome. Mais je suis sûr que je dois pouvoir le retrouver en vide-grenier, seul, sinon je pourrais toujours aller chiner sur internet cette moitié de premier tome pour compléter le coffret. Pour l’anecdote ce week-end j’ai cru que j’allais compléter mon coffret et mon cycle, mais la vendeuse n’avait que le tome 2 de Dune, celui que je possède déjà.

Lorsque nous faisons les vide-greniers avec ma petite amie je lui ai demandé de rappeler à l’ordre lorsque je suis tenté d’acheter des DVD parce que je n’ai pas besoin de DVD, j’en ai déjà trop que je n’ai pas regardé et surtout j’essaie de migrer vers le blu-ray. Alors quand je me suis arrêté devant trois DVD elle était prête à me tirer par la manche et me menacer de dieu sait quelle torture pour que je ne cède pas à la pulsion d’acheter n’importe quel film. Heureusement je lui ai aussi dit que je me réservais quelques exceptions, comme les coffrets des rares séries que j’ai envie de conserver ou de quelques animés que je voudrais partager. Et là je venais de m’arrêter devant les trois DVD Des chroniques de la guerre de Lodoss. C’est amusant, j’ai découverts la série à la même époque où je découvrais Dune, les jeux de rôle, mais aussi Akira et quelques temps après Ghost in the Shell, c'est-à-dire à la fin de la période du collège. Alors comme avec Dune j’ai une forte nostalgie pour cette série d’animation empreinte de mes premiers souvenirs de rôlistes.

Le vendeur faisait trois DVD pour 2 euros, je n’ai pas hésité. Et histoire de faire un mouvement de négociation j’ai attrapé une petite merdouille électronique en demandant au vendeur s’il acceptait d’ajouter cela à mes achats. Sûrement trop content de se débarrasser du jouet électronique en plastique il acceptait bien volontiers. Il s’agit d’un jouet de happy meal au Mc Donald’s, un jeu électronique archaïque siglé SEGA ; une sorte de sous Game & Watch promotionnel pour la firme aux mille burgers qui va prendre la poussière chez moi jusqu’à ce que je décide de le ranger dans la poubelle. Mais j’étais content de rentrer de ce vide-grenier avec mes petites trouvailles pleines de nostalgies et de seconde chance.

Pour moins de 5 euros j'étais un homme heureux.

Pour moins de 5 euros j'étais un homme heureux.

Vide-grenier & culture pop #7 : Dune & Lodoss

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 28 Juillet 2016

Dimanche 24 juillet sur les rives du Gardon à Alès, joli vide-grenier estival. Nous arrivons vers 10 heures et malgré l’ombre la chaleur est déjà bien installée. Qu’importe, ce n’est pas comme si j’allais m’en plaindre. Premier stand où je m’arrête je vois dans un fatras de choses sans intérêt une boîte qui soudainement fait remonter des souvenirs que je n’imaginais pas avoir.

Barcode Battler, je ne sais pas si le nom évoque quelque chose à quelqu’un. Je suis sûr que si on m’avait parlé de cet objet sans que je ne puisse le voir j’aurai juré ne pas le connaître. Et pourtant en voyant la boîte les souvenirs me sont revenus instantanément, sans passer par la case tient ça me dit quelque chose. Si je me suis rappelé de ça c’est que j’ai passé longtemps à fantasmer sur cette console que je voyais dans le catalogue de La Redoute. C’était au début des années 90, la machine est sortie en 1992, j’avais 13 ans et tout ce que je savais de l’objet je l’avais lu dans le descriptif du catalogue. Barcode Battler se présentait comme une console permettant de révéler la puissance des codes-barres et de vivre des aventures proche dans l’esprit de ce que proposait le jeu de rôle. J’avoue, présenté ainsi ça ne fait pas forcément rêver. La console permettait donc de gérer des combats un peu comme un jeu de carte à collectionner. Elle machine est pourvue d’un lecteur de code-barres et un set de carte représenter des personnages ou des accessoires. Le joueur doit scanner la carte pour afficher sur l’écran les points d’attaque, de défense et de magie, scanner les cartes accessoires s’il en possède pour améliorer son héros et combattre soi la machine, soi un second joueur effectuant la même chose. Mais ce qui fait tout le sel et la curiosité de cette machine, console de jeu ou jouet électronique selon votre appellation, c’est que l’on pouvait récupérer des code-barres sur n’importe quel emballage de produits vendus dans le commerce, il suffisait de le découper, le coller sur un carton ou une carte vierge fournie avec le jeu et scanner ce nouveau code pour voir si c’était un robuste guerrier, un artefact puissant ou une faible créature. Oui, le Barcode Battler incitait les joueurs à chercher dans le monde réel des objets ayant une existence virtuelle dans le jeu … ça ne vous rappelle rien ? Vous allez dire que j’exagère et que ma comparaison avec Pokemon Go est tirée par les cheveux. Et pourtant je trouve que dans le concept de Barcode Battler qui offre aux joueurs une expérience hybride entre réalité et monde virtuel il y a plus qu’un clin d’œil à l’expérience Pokemon Go. Enfin, qu’importe ce que je pense, au moment où je vois la boîte sur ce stand je ne sais pas si la console est complète, ni même si le vendeur espère en tirer une fortune. Je lui demande, il s’empresse de saisir la boîte et sortir l’objet pour me montrer qu’elle est en super état, que le jeu est complet avec les cartes, les deux livrets d’instructions et même la cale en polystyrène. Extérieurement la boîte à vécu, elle est usée, écornée, marquée par contre à l’intérieur tout est propre est en bon état. Je pense qu’il ne manque que la fine cale supérieure en polystyrène pour que ce soit parfaitement complet. Intérieurement je me dis que s’il me fait l’article ainsi c’est pour justifier un prix élevé et il m’annonce 5 euros. Et avant même que je ne lui réponde il fait baisser le prix à 3 euros. Dans ces cas là j’ai toujours peur d’avoir mal entendu, donc je lui fais répéter et puis je mets la console dans mon sac plus qu’heureux de trouver cela. C’est fou, une minute plus tôt j’aurai été incapable de me souvenir ou de parler de cet objet. Mais dès que je l’ai vu, tout m’est revenu, le catalogue où je le regardais, mon désir de l’avoir ou de l’essayer et l’aura de mystère futuriste qui flottait autour de cet objet.

Jouet électronique ? Console de jeu ? OVNI ? Comment classer le Barcode Battler ?
Jouet électronique ? Console de jeu ? OVNI ? Comment classer le Barcode Battler ?
Jouet électronique ? Console de jeu ? OVNI ? Comment classer le Barcode Battler ?
Jouet électronique ? Console de jeu ? OVNI ? Comment classer le Barcode Battler ?

Jouet électronique ? Console de jeu ? OVNI ? Comment classer le Barcode Battler ?

Reprise de la chine, je m’arrête sur le stand d’une mère et de son jeune fils qui à priori vendent les affaires d’enfant, notamment des livres pour enfant qu’elle a bien tous étalés les uns à côtés des autres. Et au milieu des titres très enfantins je repère un livre, Pompoko. Il s’agit d’un ouvrage tiré du film d’animation éponyme, réalisé par Isao Takahata et produit par Hayao Miyazaki sous l’égide du studio Ghibli. Je ne suis sûrement pas le seul à beaucoup aimé ce film, notamment la parade des esprits. Je demande donc à la jeune femme à quel prix elle vend le livre, en souriant elle me répond qu’elle fait 1 euro les trois livres. Fichtre, le prix est intéressant mais je ne suis pas intéressé par les livres pour enfant. Mais je regarde un peu plus attentivement son étal et je repère un autre livre susceptible de m’intéresse, Les plus belles légendes de l’Odyssée. Récemment j’ai lu un petit livret de jeu de rôle d’un auteur dont j’ai déjà sûrement évoqué le nom avec son univers post-apocalyptique forestier Millevaux. Ce livret de jeu de rôle, Odyssea propose aux joueurs de réinterpréter l’odyssée d’Ulysse dans l’univers de Millevaux, avec sa mer méditerranée pleine d’algues folles et de Horla demi monstres et demi-dieux. Cette lecture m’a donné envie de jouer cette aventure mais j’ai réalisé que je connaissais mal l’Odyssée d’Ulysse, ma culture ayant avant tout était faite par le dessin animé Ulysse 31. Je me suis donc dis que ce livre était une bonne manière de vérifier mes acquis et combler mes lacunes. En plus maintenant que je l’ai feuilleté je le trouve très beau, les illustrations sont belles, la police de caractère vraiment agréable et surtout le grain des pages, un peu épaisses qui roulent sous les doigts vraiment plaisant à manipuler. 1 euro pour ces deux livres je trouve que je fais une bonne affaire. Mais ce n’est pas fini parce que je vois qu’elle fait aussi quelques jeux PS3 dont notamment Brütal Legend que je n’ai toujours pas fait. Elle m’annonce qu’elle le vend à 4 euros et machinalement je reprends et je dis, donc 5 euros pour le jeu et les deux livres. Elle me répond que non, qu’elle va me faire un prix, 4 euros pour le tout. Brütal Legend un jeu PS3 en super état et deux livres qui m’intéressaient vraiment, j’étais heureux.

L'image ne rend pas grâce au livre sur l'Odyssée, j'aime beaucoup les illustrations que je trouve fortes et modernes pour une édition de 1980
L'image ne rend pas grâce au livre sur l'Odyssée, j'aime beaucoup les illustrations que je trouve fortes et modernes pour une édition de 1980

L'image ne rend pas grâce au livre sur l'Odyssée, j'aime beaucoup les illustrations que je trouve fortes et modernes pour une édition de 1980

Vide-grenier & culture pop #5 : Jeux électronique, jeux vidéo, livre et jouet

Passent les stands et je tombe encore sur quelques jeux PS3 mais un seul retient mon attention, Disney G-Force. Vous vous demandez sûrement pourquoi, l’histoire est idiote. Ce jeu est l’adaptation du film d’animation Mission G dans lequel des cochons d’indes entraînés par le gouvernement pour être des espions doivent sauver le monde. Lorsque le film est sorti en salle ma copine n’a pas voulu que l’on aille le voir, prétextant certainement à raison, que c’était un film pour enfant. Elle n’avait pas voulu que l’on aille voir Tempête de boulettes géantes au cinéma, pourtant lorsque je l’ai téléchargé plus tard j’ai vraiment adoré ce film. Bref, tout ça pour dire que Mission G est resté une sorte de running gag entre nous et comme je suis tombé sur le jeu et qu’elle était là je lui ai demandé si elle acceptait que je le prenne. Le vendeur en voulait 4 euros, mais la boîte est couverte de colle et le jeu n’est pas complet, du coup je l’ai eu pour 3 euros.  Toujours côté jeu vidéo, un peu plus loin entre les dvd de film porno, les jeux de foot et les chargeurs de téléphone je vois Robotech Battlecry sur PS2 en bon état dans une version que je suppose allemande. Atteint du syndrome je ne vois pas ce jeu souvent, plus le syndrome je ne connais pas ce jeu, plus le syndrome le jeu est pas cher, j’ai pris Robotech Battlecry pour 50 centimes.

Je pensais avoir fini, je sentais mon appétit de chineur rassasier et satisfait des trouvailles que j’avais faite. Pourtant, en continuant de visiter le vide-grenier et en continuant de chiner j’aperçois un lot de magazine. Je fouine, je fouille et j’en sors neuf numéros de Métal Hurlant situés plutôt au début des années 80 et un recueil de Fantastik Toute la fantaisie de la B.D. Moi qui fantasme les mouvements de création de la contre-culture et de la culture populaire je me réjouis de tomber sur ce lot. Je demande au vendeur le prix, il m’annonce 5 euros pour le tout, ce qui me parait très bien, je ne négocie pas et j’enfourne les revues dans mon sac. Je suis entrain de partir quand il m’interpelle pour me donner un dixième numéro de Métal Hurlant. Dix Métal Hurlant et un Fantastik pour 5 euros, cette fois c’était mon premier achat.

Merci d’avoir lu jusqu’ici, c’est un peu comme si nous avions fait le vide-grenier ensemble. Si par hasard tu as des infos sur Robotech Battlecry tu peux m’en donner parce que pour de vrai je ne sais rien de ce jeu.

Un vide-grenier qui m'a comblé et c'était sans compter le soleil au bord de la rivière et le petit apéro sympatique avant de finir ...
Un vide-grenier qui m'a comblé et c'était sans compter le soleil au bord de la rivière et le petit apéro sympatique avant de finir ...
Un vide-grenier qui m'a comblé et c'était sans compter le soleil au bord de la rivière et le petit apéro sympatique avant de finir ...

Un vide-grenier qui m'a comblé et c'était sans compter le soleil au bord de la rivière et le petit apéro sympatique avant de finir ...

Voir les commentaires

Repost 0