Articles avec #nintendo tag

Publié le 26 Septembre 2016

Les chineurs et autres accumulateurs d’objets trouvés en vide-greniers sont de grands optimistes toujours prompts à dire qu’ils sont rentrés avec biens des biens qui leurs font bien plaisir. Mais la vérité est partout et pour tous pareil ; il y a des week-ends où nous faisons de bonnes pioches et d’autres week-end où nous faisons bonne figure. Au début de septembre je suis allé chiner sur un vide-grenier et je n’ai pas eu à faire bonne figure en rentrant, j’étais vraiment très content de ce que je rapportais. C’était un vrai vide-grenier de village avec les exposants en bas de chez-eux, esprit de famille très convivial qui sent les ventes faites pour faire le vide chez soi sans chercher à faire des sous pour des sous.

Tout à commencé lorsque je me suis arrêté devant le stand d’un jeune couple qui avait étalé sur le trottoir un certain nombre de jeux PS3. Un jeune garçon était en train d’acheter et négocier un jeu et je le laissais finir en regardant les titres présents et en laissant trainer mes oreilles pour jauger de la fourchette de prix. J’entends le vendeur annoncer 2 euros pour le Call of Duty je sais pas quoi qu’achetait le garçon et dans mon for intérieur je me suis dit cool les jeux ne sont pas chers. J’attends la fin de la transaction puis je me présente au vendeur avec deux jeux, Just Cause 2  et Injustice les dieux sont parmi nous et je demande le prix. Le vendeur hésite, il me regarde puis me répond 5 euros pour Just Cause 2 (non mais pourquoi ?) et 3 euros pour Injustice. Ça reste des prix tout à fait raisonnables mais je suis un peu déçu, et suivant une logique de vide-grenier je ramasse deux autres jeux, Jonah Lomu Rugby Challenge et Minecraft Playstation3 édition et je lui demande s’il accepterait de me vendre les quatre jeux pour 10 euros. Il fait mine de réfléchir et accepte rapidement et tandis que je sors mon billet de dix je me réjouis intérieurement.

Si je me réjouis ce n’est pas tant pour le prix plus que raisonnable, c’est surtout parce que je viens de mettre la main sur deux jeux que je cherchais vraiment. Just Cause 2 c’est un jeu que j’ai connu en dématérialisé et auquel j’ai pas mal joué. Tant que je n’ai pas essayé le Far Cry 3 que j’ai trouvé la semaine d’après en vide-grenier, je peux dire que Just Cause 2 est mon jeu bac à sable préféré sur PS3 ; la surface de jeu est immense, on peut piloter des voitures, des motos, des quads, des touk touk, des hélicoptères, des avions, et sûrement d’autres véhicules que j’oublie. Bien sûr on peut tuer des gens, faire de la chute libre, tuer des gens en faisant de la chute libre aussi. En fait le jeu brille par son vide, mais ce grand vide laisse une très grande place à la projection et à l’amusement. Se plonger dans Just Cause 2 c’est comme passer une longue après-midi sur une plage de sable fin, c’est beau, c’est plaisant, on n’a rien à faire, on pense à autre chose et au final on ne voit pas le temps passer. J’aime ce jeu et je trouvais dommage de ne pas le posséder en version physique parce que j’avais été obligé de le supprimer de la console pour gagner de la place.

Le second jeu que je me réjouis d’avoir trouvé c’est tout bêtement Minecraft parce que même si je connais plutôt bien le principe pour avoir vu arriver le jeu, sa hype et sa communauté au fil des années et des vidéos sur Youtube, je n’avais jusqu’à présent jamais joué à ce jeu. Je parlais de jeu bac à sable dans le paragraphe précédant, voilà un titre qui a érigé le bac à sable à un niveau cosmique ; d’ailleurs Minecraft n’est pas tant un jeu bac à sable qu’un god game. J’ai lancé le jeu, je peux dire maintenant que je connais la sensation d’être projeté dans un univers à la sauce Minecraft, et j’ai trouvé ça plaisant. Par contre si j’aime jouer dans le sable, je ne suis définitivement pas assez patient pour me prendre pour dieu mais qu’importe ça ne change rien au fait que je sois heureux de rentrer ce jeu.

Bien évidemment j’ai aussi testé les autres jeux que j’ai achetés ce jour là et j’ai aimé faire quelques matchs de rugby parce que je n’en avais pas l’habitude et que d’avoir à acquérir des réflexes différents du foot ou du basket que je joue plus souvent ça m’a fait kiffer. Même si le jeu est un peu lent il est agréable et puis vous le savez peut-être j’aime beaucoup jouer les archéologues vidéoludique du sport en me replongeant dans les équipes sportives figées dans leurs sédiments vidéoludique et donc explorer les saisons passées du Top 14 Orange (je ne suis même plus sûr que le naming du Top 14 appartienne toujours à Orange) est très amusant.

Pour Injustice les dieux sont parmi nous j’avais téléchargé la démo quand elle était disponible sur le PSN et j’avais eu une très mauvaise impression du jeu. Du coup je n’avais pas cherché à mieux le connaître. Ici j’ai eu la chance de tomber sur l’édition ultime avec tous les nouveaux skins, six personnages supplémentaire par rapport à la version de base et des missions en plus, et c’est déjà sympa d’avoir cette ultimate édition. Lorsque j’avais testé la démo j’étais encore dans l’esprit Marvel, les films bien sûr mais surtout le jeu de combat Ultimate Marvel vs Capcom 3 un jeu porté sur la vitesse, les combos, la nervosité, le remplissage d’écran avec des coups spéciaux et la surenchère  alors quand je suis arrivé sur Injustice je n’ai trouvé qu’un jeu gauche, mou et lent ayant trop de liens avec le grotesque Mortal Kombat. Mais depuis ce temps j’ai vu les films DC, notamment les Batman, les Superman et l’affrontement des deux, et j’ai suivie les séries DC Flash, Arrow, Legend of Tomorow et du coup j’ai appris à apprécier l’aspect plus lourd de l’univers DC. Et quand j’ai lancé le jeu j’ai eu une nouvelle impression, tout de suite j’ai apprécié de retrouver des personnages qui étaient devenus plus familiers pour moi. Ensuite j’ai eu la sensation que la forme de lourdeur (en comparaison à d’autres jeux de combat) du titre correspond bien à la pesanteur d’un Batman par exemple. Et puis j’ai trouvé ce jeu très beau pour de la PS3 avec une direction artistique fidèle à l’esprit des personnages pour les décors et pour les personnages eux même. Mais ce qui m’a le plus séduit je crois que ce sont les interactions possibles avec le décor, facile et fun et juste ce qu’il faut démesurée pour donner du punch aux combats. Bref alors que je pensais le tester puis le ranger je me suis pris de plaisir pour ce titre et du coup j’envisage une double critique à l’avenir qui mettra en scène Injustice les dieux sont parmi nous et le très peu probable Mortal Kombat vs DC Universe.

Dix euros pour quatre jeux PS3 qui me régalent que demander de d’autres ? En plus les quatre jeux sont en superbe état, complet et j’aurai pu dire sans traces de colle si Micromania n’avait pas eu l’excellente idée de coller ses sticker de prix directement sur la jaquette papier de Jonah Lomu Rugby Challenge

 

Non mais, Micromania, l'étiquette collée sur la jaquette papier ??? J'espère que vous avez virés le stagiaire qui a fait ça ;)
Non mais, Micromania, l'étiquette collée sur la jaquette papier ??? J'espère que vous avez virés le stagiaire qui a fait ça ;)

Non mais, Micromania, l'étiquette collée sur la jaquette papier ??? J'espère que vous avez virés le stagiaire qui a fait ça ;)

Ce jour là je n’en suis pas resté à cela donc je vais continuer à relater mes trouvailles de ce matin là. Je me baladais, je chinais, et je vois un jeu DS, en boite, complet avec sa notice ; un jeu de Square Enix qui sent bon le plaisir old school même si cette version est exclusive à la Nintendo DS, un jeu qui s’appelle Children of Mana. Lorsque j’ai vu le titre j’ai eu peur que la vendeuse m’annonce un prix prohibitif parce que même si j’avais envie d’acheter le jeu par nostalgie pour la série, je n’avais pas un besoin impérieux de le posséder principalement parce que je n’ai plus de DS. Donc je demande, elle me répond 5 euros, je vérifie bien que le jeu est complet, il n’est, en bon état, il l’est, avant de m’offrir Children of Mana sur Nintendo DS pour 5 euros, ce n’est pas l’affaire du siècle, mais je ne crois pas non plus que ce soit une mauvaise affaire.

Je n’ai plus de DS, mais depuis que ma sœur m’a donné sa Wii je possède dans mon garage une Wii noir, en boite, je suppose complète mais sans jeu. Et ça fait un moment que je me dis que je vais me constituer une Wiidothèque exclusivement en vide-grenier est à prix raisonnable. Je pensais que ça serai plus facile que cela, mais jusqu’à présent je ne croisais soit que des jeux qui ne m’intéressaient pas, soit des jeux bien trop chers pour moi. Ce matin là à un moment je repère Super Mario Galaxy et Super Mario Galaxy 2. Les boîtiers ne sont dans en très bon état mais les jeux sont complets du coup je demande le prix et le vendeur me répond 5 euros. Je demande 5 euros par jeu ? Non 5 euros pour les deux, alors là qu’importe l’état du des boîtiers, il faut savoir que je n’ai plus fait de Super Mario depuis la Super Nintendo, j’ai testé le Mario 64 mais je ne l’ai jamais fini et mis à part un peu de Mario sur DS je suis passé totalement à côté des Mario Game Cube puis Wii. Donc à ce prix, j’ai sauté sur l’occasion pour les rentrer et en faire les deux premiers titres de ma Wiidothèque chinée. Il ne me reste plus qu’à brancher la Wii pour tester tout ça.

Ce jour là j’ai aussi trouvé des jeux PSP mais je vous ai déjà présenté ces jeux ; je suis donc à jour de ce vide-grenier là et ça c’est cool ! Merci de votre temps de cerveau pour cette lecture.

Il y a bien longtemps que je n'ai pas acheté du Nintendo

Il y a bien longtemps que je n'ai pas acheté du Nintendo

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 4 Juillet 2016

Un retour de vide-grenier, quand tu tiens un blog de jeux vidéo ça ressemble à quoi ? Le pragmatisme raisonnable devrait me faire dire que samedi je suis allé dans un vide-grenier et que j’ai trouvé deux jeux Game Boy. C’est simple et direct, les photos feront le reste. Dans le retour d’un si modeste achat rédigé avec une petite dose de glose hype je pourrais dire que ce samedi matin, j’ai eu de la chance de trouver du rétro ; pas tant que j’ai le rétro dans le viseur mais j’ai le plaisir de la nostalgie. Un retour financier, le retour comptable et dire que j’ai payé 4 euros pour les deux jeux, 2 euros la cartouche en lose, c’est-à-dire que la cartouche a perdue sa boite cartonnée et qu’elle est orpheline de sa notice d’origine, ne reste que la cartouche et son boitier plastique.

Je pourrais donner dans le retour épique, le nostalgique, et vous raconter que si j’ai cédé à l’envie d’acheter ces deux jeux d’une console éculée mais mythique c’est que cette console là je l’ai possédé, j’y ai joué, un peu, beaucoup, passionnément ; c’est normal j’étais enfant quand la Game Boy est sortie, nous n’étions pas riche à cette époque, et je ne le suis toujours pas, mais j’ai eu la chance d’avoir une Game Boy, ma première console portable. Du coup cette console je l’ai portée, je l’ai transportée pour jouer avec elle ailleurs que devant la télé ; et pourtant le voyage dont je me rappelle le plus c’est celui où je n’ai pas pu emporter ma Game Boy. C’est à la fin de l’école primaire, et justement mon école organisait pour ses élèves un voyage à Paris depuis notre petite province perdue. Des heures de bus pour monter à la capitale, et moi qui venait d’avoir ma Game boy, Tetris et Spiderman en jeux et ça allait de soit que j’allais voyager avec mais mes parents n’ont pas voulus que je l’emporte. Ils avaient sûrement raison, à cet âge la console n’entrait même pas dans mes poches, et du coup le voyage qui m’a le plus marqué avec ma Game Boy c’est celui que je n’ai pas fait.

Vous voyez, je suis un nostalgique, un vrai, je me sens plus humain que geek, plus accumulateur de collectionneur ; mais quand j’ai vu ces deux cartouches dans leurs boitiers plastiques qui étaient perdues sur le stand d’une gentille mère de famille je n’ai pas eu l’intention de leurs résister. Oui je pourrais donner dans le retour lyrique et vous raconter que ce samedi matin, alors que j’errerai sans but à ne rien chercher je suis tombé nez-à-nez avec deux carreaux gris couleur de nostalgie, deux cartouches au format d’enfance qui m’ont fait me souvenir Game Boy, petit garçon joueur qui tient entre ses mains le pavé plastique blanc de chez Nintendo.

Le premier jeu c’est Super R.C Pro Am je ne le connais pas vraiment, mais un peu quand même parce que c’est le premier jeu de voiture que j’ai eu sur NES. Du coup j’imagine que la version Super sur Game Boy doit lui ressembler, en être l’adaptation. L’autre titre donne encore dans la mécanique routière, la voiture et la vitesse puisque le second jeu c’est F-1 Race. Je ne peux pas dire que j’ai des attaches avec ce jeu, mais vraiment je suis content d’avoir trouvé ces deux jeux Game Boy parce que finalement ce sont les deux premiers jeux véritable rétro que j’achète depuis que je me suis glissé dans la peau de l’accumulateur d’objets culturels tournant autour du jeu vidéo. En passant voyez et admirer les pincettes que je prends pour ne pas me dire collectionneur, mais c’est que ce terme présuppose pour moi une connaissance  que je n’ai pas.

C’est ainsi que je termine cet article, simple, court et concis. Soyez bien informés que mes prochains articles sur mes achats de jeux vidéo, ne seront pas tous aussi courts, simples et concis ;).

Vide-grenier & culture pop #3 : Cartouche Game Boy
Vide-grenier & culture pop #3 : Cartouche Game Boy

Voir les commentaires

Rédigé par Monsieur C

Publié dans #videgrenier, #brocante, #GameBoy, #Nintendo, #jeux vidéo, #achat, #vide-grenier, #vintage

Repost 0

Publié le 20 Septembre 2015

Shigeru Miyamoto super star

Shigeru Miyamoto super star

Shigeru Miyamoto super star
Shigeru Miyamoto super star
Shigeru Miyamoto super star
Shigeru Miyamoto super star
Shigeru Miyamoto super star
Shigeru Miyamoto super star
Shigeru Miyamoto super star
Shigeru Miyamoto super star
Shigeru Miyamoto super star
Shigeru Miyamoto super star

Voir les commentaires

Rédigé par Ceci est un blog

Publié dans #Illustrations, #Mario Bros, #Nintendo, #GIF

Repost 0